The Doobie Brothers

The Doobie Brothers Né(e) le 30 novembre 1969 (46 ans)

Sa biographie

Les débuts avec Tom Johnston

Sous l'impulsion de Skip Spence du groupe de rock Moby Grape, le batteur John Hartman et l'auteur-compositeur, guitariste et chanteur Tom Johnston forment le noyau de The Doobie Brothers en 1969.

Les deux musiciens tentent quelques expériences avec différents line-ups et se produisent à San Jose. En 1970, ils font équipe avec le bassiste Dave Shogren ainsi que le chanteur, guitariste et auteur-compositeur Patrick Simmons et deviennent The Doobie Brothers.

Les musiciens se produisent dans les clubs californiens et commencent à attirer l'attention du public local. En peu de temps, ils deviennent récurrents au Chateau Liberte, lieu favori des motards sur les montagnes de Santa Cruz.

Pour la qualité de leur musique, le groupe de rock ne tarde pas à signer avec Warner Bros Records. Leur premier album empreint de country fut un échec mais l'opus « Toulouse street » de 1972 composé de standards de classic rock comme « Jesus is just alright » et « Listen to the music » leur assure la reconnaissance du public.

A la suite de ce premier exploit, le groupe n'arrête pas de donner des concerts. À la fin de 1974, la santé de Tom Johnston commence à se dégrader en raison de leurs nombreux déplacements. Toutefois, il arrive à réaliser l'album de 1975 « Stampede » avec le groupe.

D'ailleurs, l'opus est marqué par sa version du hit de Motown « Take me in your arms ». Seulement lors de la tournée promotionnelle de « Stampede », l'état de santé de Tom Johnston était tellement précaire qu'il a du être hospitalisé d'urgence.

Pour combler le vide, The Doobie Brothers recrutent le chanteur, auteur-compositeur et claviériste Michael McDonald.


« Minute by minute », le signe de la victoire

Sans Tom Johnston, The Doobie Brothers se tournent vers Michael McDonald pour contribuer à l'écriture et la composition de leurs morceaux. Aussi le son de leur musique va radicalement Change r comme le témoigne leur LP de 1976 « Takin' it to the streets » et leur album de 1977 « Livin' on the fault line ».

Pour promouvoir ce dernier, le groupe se produit dans le show de PBS Soundstage et apparaît dans la comédie télévisée « What's Happening!! ». Entre temps, Tom Johnston réapparaît mais se tourne de plus en plus vers une carrière solo.

Après presque une décennie d'existence et avec sept albums à leur actif, The Doobie Brothers grimpent les marches de la victoire avec le succès de leur album de 1978 « Minute by minute ».

L'opus passe 5 semaines au sommet des charts et domine les émissions de radio pendant deux ans. La pièce éponyme a reçu un Grammy pour la performance vocale du groupe et l'opus fut sacré Album de l'année.

Le single de Michael McDonald « What a fool believes » co-écrit avec Kenny Loggins fait également un énorme carton et permet au duo de remporter un Grammy Award. Seulement, le triomphe de « Minute by minute » coïncide avec la quasi-dissolution du groupe qui réalise malgré tout l'album « One step closer » en 1980.

Le LP contient la pièce du US Top 10 « Real love » mais n'arrive pas à atteindre l'exploit de « Minute by minute ». A la fin de 1981, Patrick Simmons quitte le groupe et Michael McDonald s'apprête à une carrière solo.

The Doobie Brothers décident alors de se séparer et présentent leur concert d'adieu au Greek Theater de Berkeley en 1982.


D'album en album

The Doobie Brothers se retrouvent brusquement au début de 1987 pour un concert, en faveur des anciens combattants du Vietnam. Le concert aboutit à une tournée dans 12 villes américaines et européennes et le succès des retrouvailles a suscité des discussions sur la reconstitution du groupe.

Décidés à recommencer, les musiciens signent avec Capitol Records et réalisent leur album en or « Cycles » en 1989 avec le single du US Top 10 « The doctor ». Deux ans plus tard, le groupe enchaîne avec « Brotherhood » qui malheureusement ne produit aucun effet majeur.

1992 voit le départ de John Hartman et une brève interruption de la carrière du groupe qui réémerge en 1993. En 1995, The Doobie Brothers renouent avec Michael McDonald qui contribuera à la réalisation de leur double album live de 1996 « Rockin' down the highway: the Wildlife concert ».

En 1999, Rhino Records publie le premier coffret du groupe intitulé « Long train runnin': 1970-2000 » avec des pièces remasterisées de leur riche répertoire. Le coffret est suivi l'année d'après par l'album aux styles variés « Sibling rivalry » qui suscite une polémique sur l'approche musicale du groupe.

Trois autres albums sont dans les bacs entre 2001 et 2004, à savoir « On our way up », « Divided highway » et « Live at wolf trap ». Les compilations « Greatest hits » et « Doobie's choice » paraissent également pendant la même période.

En 2009, The Doobie Brothers annoncent leur projet de collaboration avec leur producteur d'antan Ted Templeman pour la réalisation d'un nouvel album.