Biographie The Ritchie Family

The Ritchie Family Né(e) le 30 novembre 1974 (42 ans)

Sa biographie

Présentation du groupe

The Ritchie Family est formé en 1975, sous l'impulsion de Ritchie Rome et des deux célèbres producteurs français, Jacques Morali et Henri Belolo, à qui l'on doit également la création des Village People.

Les membres initiaux du groupe sont Cheryl Jacks, Gwendolyn Oliver et Cassandra Wooten, lesquelles figurent sur les quatre premiers albums du groupe.

Elles seront remplacées en 1978 par Jacqui Lee-Smith, Ednah Holt et Dodie Draher, qui enregistreront « American generation ».

Mais très vite, Ednah Holt quitte le groupe pour être remplacée par Vera Brown, qui sera la figure principale et la lead vocal du groupe.

La nouvelle formation du groupe délaisse quelques peu le disco pur pour rajouter une touche d'europop et de funk à leur musique.

Entre temps, en 1977, Ritchie Rome abandonne le groupe, le laissant ainsi entièrement aux mains de Jacques Morali.

La carrière du groupe est marquée par d'innombrables changements de labels de production, allant de 20th Century Records à RCA Records, en passant par Marlin Records et Casablanca Records.

En 1982, Dodie Draher laisse sa place à Linda James et le groupe meurt un an plus tard.


Les heures de gloire

Le premier hit du groupe est la reprise disco en 1975 de la Chanson « Brazil » de Ary Barroso. Le single ainsi que leur premier album du même nom se sont vendus à grande échelle.

Fort du succès de ce premier essai, The Ritchie Family sortent en 1976 l'album « Arabian nights », qui connaîtra un succès presque pareil au précédent.

S'ensuivent ensuite « Life is music » et « African queens » en 1977, suivis de cinq autres albums, jusqu'à la dissolution du groupe.

Parmi les plus belles lettres de noblesse du groupe, on cite sa participation à la bande originale du film « Je te tiens, tu me tiens par la barbichette ».

De même, The Ritchie Family participera un an plus tard, en 1980, aux film « Can't stop the music » aux côtés des Village People .

Durant les cinq premiers albums, le groupe a toujours jouit d'une grande popularité et d'un bon taux de vente.

Mais ensuite, le succès leur tournera le dos et ne leur sourira de nouveau qu'en 1980, à la sortie de l'album « I'll do my best ».

Cet opus propulsera The Ritchie Family à un rang plus que respectable sur la scène funk américaine.


Le déclin

Dû au déclin de la musique disco dans les années 80 ainsi qu'à l'échec qu'a connu l'album « Bad reputation », The Ritchie Family voit sa carrière ralentir.

De 1980 à 1982, le groupe sort deux opus qui passent presque inaperçus et décident de faire un petit break.

Le single et l'album « I'll do my best » sortent en 1983 et le groupe renoue brièvement avec le succès.

Entre temps, Jacques Morali découvre qu'il a le SIDA et quitte le groupe. Il sera remplacé par les producteurs Jacques Fred Petrus, Mauro Malavasi et Gavin Christophe r qui tentera tant bien que mal de sauver la cote du groupe en produisant leur dernier album « All night, all right ».

Après ce dernier opus, le groupe retourne en studio pour enregistrer un nouvel album, « Rodéo », qui ne verra pas le jour.

Vers la fin de l'année 1983, le groupe se dissout, après neuf albums, quatre labels de productions et huit membres féminins.

Après leur séparation, les trois dernières membres du groupe continuent de produire sous le nom de « Vera Brown and the Rich Girls ».

Ce nouveau groupe ne sortira qu'une seule Chanson intitulée « Too much too fast », avant de s'éteindre à son tour.

Plus tard, Vera Brown reformera The Ritchie Family, avec ses anciennes amies Dodie Draher et Jacqui Lee-Smith.

The Ritchie Family est toujours en activité à l'heure actuelle mais ne produit plus aucun nouveau morceau.