The Spinners

The Spinners Né(e) le 30 novembre 1960 (55 ans)

Sa biographie

Débuts

La formation The Spinners voit le jour en 1954 à Royal Oak Township, près de Détroit, sur les bancs du Femdale High School. Initialement baptisé The Domingoes, le groupe composé alors de Pervis Jackson, George Dixon, C. P. Spencer, Robert « Bobby » Smith, Billy Henderson et de Henry Fambrough, Change de nom et se fait appeler The Spinners en 1961.

La formation décroche ensuite son premier contrat, chez Tri-Phi Records et sort en août le single « That's what girls are made for » qui devient un grand tube. Le groupe enchaîne avec « Love (I'm so glad) I found you » et plusieurs autres singles qui passent presque inaperçus.

En 1963, le label Tri-Phi ainsi que tous ses contrats sont rachetés par Motown et The Spinners se retrouve sans s'y attendre au sein de l'un des plus légendaires labels de tous les temps.

Entre temps, Edgar « Chico » Edwards remplace George Dixon. Acquérant de plus en plus de notoriété, The Spinners se produit en 1964 au Apollo Theater, où il fait un tabac. Cependant, le succès commercial n’est toujours pas au rendez-vous dans les années 60, à l'exception de quelques hits mineurs comme « I'll always love you » et « Truly yours ».

En 1966 sort l'album « The original Spinners » et un an plus tard, G. C. Cameron prend la place d'Edgar « Chico » Edwards. Après une longue période de quasi-silence, The Spinners revient en 1970 avec « It's a shame », composé par un certain Stevie Wonder .

Le titre jouit d’un bon classement dans les charts et permet à la popularité du groupe de redécoller. L’année suivante, le groupe enchaîne avec « We'll have it made », une nouvelle composition de Stevie Wonder .


La consécration

Après la sortie en 1970 de leur deuxième album intitulé « Second time around », le groupe est désormais très respecté et célèbre aux States. En 1972, The Spinners quitte Motown pour signer chez Atlantic Records, à l'exception de G. C. Cameron qui préfère rester dans la boîte de Berry Gordy et quitter le groupe. Il est alors remplacé par Philippé Wynne.

Chez Atlantic, le groupe gagne en notoriété mais ne rencontre toujours pas l'énorme succès commercial escompté. Toujours en 1972, la formation sort un album éponyme, sous la houlette du producteur Thom Bell.

Le tube « I'll be around » sera le premier succès notable du groupe, en se plaçant dans le top ten des charts. S'ensuivent les nombreux hits à succès, comme « Could it be I'm falling in love », « Ghetto child » ou encore « One of a kind ».

Fort du succès de ces tubes, The Spinners vendra facilement leur opus suivant, « Mighty love » sorti en 1974. L’album contient trois hits classés dans le Top 20, qui sont « Love don't love nobody », « I'm coming home » et le titre phare et éponyme de l'album.

Dans la même année, le groupe confirme son statut de grand groupe en enregistrant une collaboration avec Dionne Warwick , intitulée « Then came you ». Devenu un grand classique du répertoire noir afro-américain, cette Chanson se place très vite numéro un du Billboard Hot 100.


La suite

Durant les deux années suivantes, The Spinners inscrira deux hits dans le Top Ten, qui sont « Games people play » et « The rubberband man ».

Au sommet de leur gloire, Philippé Wynne décide de quitter le groupe en janvier 1977 et sera remplacé par John Edwards. La nouvelle formation du groupe enregistre de nombreux titres de 1977 à 1979, dont presque tous seront uniquement des hits mineurs.

Au début des années 80, le groupe renoue avec le succès grâce à des morceaux comme les medleys de « Cupid/I've loved you for a long time » et de « Working my way back to you/Forgive me, girl » ou encore grâce à des reprises comme « Funny how time slips away » de Willie Nelson.

Aujourd'hui, The Spinners continue d'assurer des tournées. Après avoir maintes fois changée, la formation du groupe comprend aujourd'hui Charlton Washington, Jessie Robert Peck, Marvin Taylor et seulement deux des membres originaux, qui sont Henry Fambrough et Robert « Bobby » Smith.

C.P. Spencer meurt le 20 octobre 2004 d'une crise cardiaque et Billy Henderson décède à la suite des complications d'une diabète le 2 février 2007 à l'âge de 67 ans. Un autre membre du groupe, Pervis Jackson, meurt le 18 août 2008 d'un cancer.

Avec au total près de 25 albums studio et compilations à son actif, The Spinners gagne en 1999 sa place dans le Vocal Group Hall of Fame.