Biographie The Surfaris

The Surfaris Né(e) le 30 novembre 1961 (55 ans)

Sa biographie

Du surf à la musique

Concernant l'origine du groupe, il faut remonter à l'enfance de Bob Berry hill lorsqu'il passait ses vacances a Hawaï à l'âge de 13 ans. C'est au cours d'un luau, une fête hawaïenne que Bob Berry hill découvre l'ukulele.

Durant ces vacances, l'adolescent se met également au surf, une passion qui est restée de retour en Californie. En 1962, à l'âge de 15 ans, Bob Berry hill décide de monter un groupe à l'aide de ses amis, The Surfaris est né.

Ainsi, la bande se rend au Pal Recording Studio pour enregistrer son premier single « Surfer Joe ». Au moment de mettre en boite la face B, un des membres de The Surfaris propose au reste de groupe d'y ajouter le son d'un craquement de planche de surf.

On peut également entendre dans la Chanson un petit rire suivi des mots « Wipe out » qui deviendront le titre de la Chanson .

« Wipe out » devient très vite un hit et devient plus populaire de la face A du disque. En effet, « Wipe out » se positionne à la 2e place au classement du Billboard, et restera dans le top pendant près de 4 mois.

Depuis, la Chanson est considérée comme étant l'hymne du surf, elle a également été reprise par une multitude d'artistes et à diverses occasions. A la même époque, un autre groupe similaire portait le nom The Surfaris et ces derniers ont décider de Change r leur nom en The Original Surfaris.


A la poursuite du succès

Suite au succès de « Wipe out »/« Surfer Joe », le groupe continue de tourner et accueille de nouveaux musiciens à savoir Jim Pash au Saxophone mais également Ken Forssi ainsi que Jack Oldham à la basse.

Par ailleurs, ils sortent un nouveau single « Point Panic » qui reçoit également un bel accueil de la part du public.

En 1963, The Surfaris sort son premier album « Wipe out » suivi la même année par « The surfaris play wipe out ». L'année suivante, le groupe revient avec deux nouveaux opus « Hit city '64 » ainsi que « Fun city USA ».

En 1965, rebelote pour The Surfaris qui sort « Hit city '65 » et « It ain't me, babe » suivis par une tournée au Japon. Par ailleurs, un des membres du groupe, Pat Connolly décide de quitter ce dernier pour des raisons personnelles.

L'année d'après, le contrat de The Surfaris avec leur maison de disques est sur le point d'expirer, au même moment où les membres du groupe expriment le désir de découvrir de nouveaux horizons. Ainsi, The Surfaris décide de se séparer et les membres du groupes poursuivront leurs chemins chacun de leur coté.

Jim Fuller, le guitariste part tenter sa chance à Hollywood et joue auprès d'autres groupes. Jim Pash le saxophoniste et Ron Wilson le batteur de leurs cotés tentent de sortir de nouvelles compositions mais sans succès.

Bob Berry hill pour sa part épouse Gene Vincent, sa petite amie depuis l'âge de 17 ans et qui deviendra plus tard, guitariste au sein de The Surfaris.


« Wipe out » et autres versions

Après plusieurs années en électron libre, les membres de The Surfaris se réunissent en 1973 le temps d'un concert à l'occasion du First International Surfer Stomp qui a lieu à Los Angeles.

A leurs cotés se joignent également une vingtaine de groupes de surf tels Jan and Dean ou encore Dick Dale . Parallèlement, les reprises de « Wipe out » commencent à tourner, par exemple la version du groupe britannique The Saints parue au milieu des années 60.

« Wipe out » a également été reprise à l'occasion du festival de Woodstock en 1969 par le groupe Sha Na Na. En 1987, le groupe de rap The Fat Boys reprend le même titre avec un extrait d'une performance des Beach Boys.

« Wipe out » se fait une seconde jeunesse et devient disque de platine. Par ailleurs, 1987 marque également la sortie du film « Dirty dancing » où « Wipe out » figure sur la bande originale.

Tout au long de ses années, The Surfaris continue de se produire en concert allant jusqu'en Europe et au large du Pacifique. A ce propos, Jim Fuller et Bob Berry hill forment chacun de leur coté leur propre groupe The Surfaris.

Ron Wilson est décédé en 1989 à la suite d'une hémorragie cérébrale, Jim Pash succombe également après une insuffisance cardiaque en 2005.

Près de 40 ans après le succès de « Wipe out », The Surfaris est toujours aussi populaire. Par ailleurs, depuis la mort du célèbre présentateur de télévision américain, Morton Downey Jr. en 2001, certains médias lui attribuent à tort la paternité de « Wipe out ».

Dernièrement, les membres des deux Surfaris ne manquent pas de revenir en studio pour reprendre certaines de leurs plus grandes compositions.