Waldo de Los Rios

Osvaldo Nicholas Ferrara Né(e) le 7 septembre 1934 (82 ans)

Sa biographie

Musicien de talent

La musique, Waldo de Los Ríos est tombé dedans alors qu'il était petit. En effet, sa mère Martha de Los Ríos était une fameuse chanteuse de son époque tandis que son père était également musicien. C'est donc tout naturellement que le jeune Waldo de Los Ríos intègre le Conservatoire en Argentine pour apprendre la composition et l'arrangement.

Il a ainsi étudié auprès de grands maîtres de la musique comme Teodoro Fuchs, Lita Spena ou encore Alberto Ginastera.

A l'age de 24 ans, il débarque aux États-Unis et se prépare à poursuivre une carrière musicale avant d'émigrer quatre ans plus tard en Espagne. Par la suite, Waldo de Los Ríos décide de monter le groupe Los Waldos avec quatre autres musiciens à savoir Cecar Gentili aux claviers, Roberto Stella à la batterie, Willy Rubio à la guitare, Alberto Carbia à la basse tandis que lui-même se met au piano.

Le répertoire du groupe était composé de chansons folk argentines qu'ils ont réarrangées pour leur donner des sonorités plus modernes.

Le groupe sort ainsi trois albums « Los waldos », « Waldo de Los Rios en Europa » et « Folklore dinámico », sorti en 1966.


De la musique au septième art

Après quelques années passées au sein de Los Waldos, Waldo de Los Ríos décide enfin de voler de ses propres ailes. C'est ainsi qu'il signe avec la maison de disques Hispa-Vox et sort son premier album solo, « España Electrodinámica Vol. 1 » qui paraît également en 1966.

Parallèlement à sa carrière solo, Waldo de los Ríos s'intéresse également au cinéma et compose la musique du film Savage Pampas. Après trois autres albums sortis dans la deuxième partie des années 60, l'artiste revient une nouvelle fois en tant que compositeur de musique de film dans « La residencia » de Narciso Ibáñez Serrador avec Lilli Palmer.

Par ailleurs, le compositeur semble avoir une prédilection dans le registre des films d'horreur étant donné que « La residencia » est un film du genre. Ainsi, les prochains travaux de Waldo de Los Ríos dans les musiques de films s'apparentent tous au même genre, tels « Murders in the Rue Morgue » ou encore « A town called hell ».


Waldo de Los Ríos dans la cour des grands

En 1970, Waldo de Los Ríos fait sensation avec la sortie de son adaptation de la célèbre oeuvre de Ludwig van Beethoven « Hymne à la joie ». Le single est un véritable hit et obtient un grand succès dans les charts européens et américains.

Le morceau accompagne l'album « Sinfonías » qui obtient un succès sans précédent et se met en pôle position des meilleures ventes d'album en Espagne. Un an plus tard, il remet ça avec la « Symphonie N°40 » de Wolfgang Amadeus Mozart qui entre au top 10 de la majorité des charts européens.

La même année, il sort l'album « Mozartmania ». Suivent ensuite de nombreux autres compositions et arrangements ainsi qu'un bon nombre d'albums comme « Oberturas » ou encore « Conciertos ».

Avec plus d'une corde à son arc, Waldo de Los Ríos compose également pour divers artistes tels Mari Trini, Paloma San Basilio, Miguel Rios, Alberto Cortez ou encore Facundo Cabral pour ne nommer qu'eux.

Alors qu'il est au sommet de son art, Waldo de Los Ríos est victime d'une dépression aiguë tel qu'en 1977, il décide de mettre fin à ses jours. Sa veuve, Isabel Pisano, une journaliste uruguayenne a sorti l'autobiographie « El amado fantasma » parue en 2002, dont certains passages retracent la vie de son mari.

Le dernier album de Waldo de Los Ríos, « Corales » sort l'année même de sa mort, à titre posthume.