Sa biographie

Eric Burdon & War

L'histoire de War commence lorsque le producteur Jerry Goldstein et le rockeur Eric Burdon se rencontrent au coeur de la musique. En 1969, avec quelques musiciens dont Harold Brown, Howard E. Scott, Charles Miller, Lonnie Jordan, BB Dickerson ou encore Papa Dee Allen, les deux passionnés décident de fonder un groupe et le baptisent Eric Burdon & War.

Dès sa première année de formation, le collectif se fait une grande réputation sur la scène musicale. Son style étant le résultat d'une fusion très originale de plusieurs genres, si l'on ne cite que le rock et le reggae.

En 1970, le groupe sort un premier album intitulé « Eric Burdon declares 'War' ». Composé de 12 titres dont « Dedication », « Mother earth », « You're no stranger » ou encore « Spill the wine », l'opus fait tout de suite un tapage.

Particulièrement, le tube « Spill the wine » fait fondre le coeur du public et parvient à dominer les charts dans plusieurs pays. Un succès immédiat qui s'inscrit parmi les plus fous des années 70 et qui permet au groupe de se lancer dans des grandes tournées internationales à travers toute l'Europe et les États-Unis.

Au cours de la même année, Eric Burdon & War sort un deuxième opus baptisé « The black-man's Burdon ». L'album est également accueilli avec succès mais n'arrive pas pour autant à égaler celui de « Spill the wine ».


De Eric Burdon & War à War

Après la sortie du deuxième album du groupe, Eric Burdon décide de prendre son envol pour poursuivre une carrière en solo. « Eric Burdon & War », abandonné par le rockeur britannique, devient alors « War » en 1971.

Au cours de cette même année, War continue de donner plusieurs concerts dans divers pays. Il sort également un premier album éponyme. L'opus ne connaît qu'un modeste succès auprès des fans mais réussit pourtant à confirmer l'identité du collectif dans l'univers musical.

Un deuxième album intitulé « All day music » fait également sa sortie vers la fin de la même année. Les titres « All day music » et « Slippin' into darkness » gagnent tout de suite le coeur du public et parviennent à faire vendre l'album à un chiffre considérable d'un million d'exemplaires.

Un fou succès qui sera suivi par celui de l'album « The world is a ghetto » sorti en 1972. Se penchant sur une tendance funk et soul fabuleusement arrangé, cet opus est accueilli par de grandes acclamations.

Le titre « The cisco kid » parvient singulièrement à dominer les charts internationaux, dont le Billboard Hot 100 américain. « The world is a ghetto » est même élu Album de l'Année Billboard.


Jusqu'à nos jours

En 1973, War sort un nouvel opus qu'il baptise « Deliver the word » et se démarque encore une fois avec le titre « Gypsy man ». Deux années plus tard, l'album « Why can't we be friends? » fait également sa sortie et domine tout de suite les charts et les ventes, avec les titres « Low rider » et « Friends ». Ce dernier étant resté dans les charts américains pendant plus de sept mois.

Après ces divers succès, le groupe demeure plus discrèt pendant une courte période. En un an, il ne sort qu'un seul titre inédit « Summer » qu'il inclut dans une compilation « Greatest hits » sortie en 1976. Il sort ensuite plusieurs compilations et albums dont « Platinum jazz » et « Galaxy » en 1977, « Youngblood » en 1978, « The music band » en 1979, « Outlaw » en 1982 et « Life is so strange » en 1987.

Dans les années 90, les sorties d'albums de War deviennent de plus en plus espacées. Après « Rap declares War » en 1991, le groupe ne sort un autre opus qu'en 1994 intitulé « Peace Sign », suivi par la compilation « The best of Eric Burdon & War » en 1996.

Un album inédit intitulé « Grooves and messages » sort également en 2001. Aujourd'hui encore, War continue de partager ses inspirations avec ses fans.

Il est actuellement composé de Mitch Kashmar au chant et à l'harmonica, Stewart Ziff à la guitare, Francisco "Pancho" Tomaselli à la basse, Sal Rodriguez à la batterie et à la percussion, Marcos Reyes à la percussion et Fernando Harkles au saxophone.