Accueil > Musique > Actu musique > Julien dassin yves montand cest la joie de vivre
1813 0 1 0

JULIEN DASSIN : "YVES MONTAND, C’EST LA JOIE DE VIVRE"

16/02/2012

Je vote   3 vote(s)

INTERVIEW - Julien Dassin, le fils de Joe Dassin, revisite les chansons d’Yves Montand à travers un album hommage, en compagnie de Florence Coste.

Julien Dassin, le fils de Joe Dassin, rend hommage à Yves Montand. Avec Florence Coste, une jeune chanteuse rencontrée sur le spectacle Il était une fois Joe Dassin, ils ont enregistré un album des plus grands standards de Montand.

Entre accordéons et clips 50’s, c’est toute une époque qu’ils font revivre avec ce disque Monsieur Montand. Rencontre avec un duo d’amitié qui assume son côté "old school".

Nostalgie.fr : Julien Dassin, votre famille est liée de près à Yves Montand. Pouvez-vous nous raconter cette histoire ?


Julien Dassin : Yves Montand et Sim ne Signoret était amis avec le cinéaste Jules Dassin, mon grand-père. Ils avaient des opinions politiques en commun. En 1951, Jules Dassin est chassé des Etats-Unis à cause du Maccartisme. Il arrive en Europe, et son premier soutien est le couple Yves Montand Simone Signoret.

En 1985, c’est au tour d’Yves Montand de se voir refuser un visa pour les Etats-Unis. Et c’est Jules Dassin  qui va l’aider. Il prépare un film, La Loi, et l’impose à la production.


Nostalgie.fr : Pour l’anecdote, c’est dans ce film qu’apparaît pour la première fois votre père, Joe
Dassin ?


Julien Dassin : La première fois que Joe Dassin chante, c’est dans ce film. Il a une vingtaine d’année, et quand un journaliste lui demande s’il va continuer à chanter, il répond qu’il veut être metteur en scène. Comme quoi…

Monsieur Montand

Nostalgie.fr : Etait-ce pour cette histoire que vous vouliez rendre hommage à Yves Montand ?

Florence Coste : Pas du tout, c’est juste un beau concours de circonstance. On était en tournée ensemble pour le spectacle Il était une fois Joe Dassin, où je chantais. Au fur et à mesure, on s’est rendu compte qu’on avait plein de points communs sur la musique. Et qu’on admirait beaucoup Yves Montand, cet artiste si complet.  Ça s’est fait très naturellement.

Julien Dassin : J’ai passé un coup de fil à Florence pour lui proposer l’idée, j’étais trois rangs devant elle dans le bus ! (ils rient). C’est avant tout une véritable histoire d’amitié.


Nostalgie.fr : Vous reprenez une dizaine de grands standards d’Yves Montand, de La Bicyclette aux Feuilles mortes. Musicalement, vous avez rajouté un orchestre symphonique. Pourquoi ce choix ?

Julien Dassin : J’étais allé à Budapest enregistrer un album de Joe Dassin complètement symphonique, avec le Budapest Symphony Orchestra. Et j’ai eu l’idée de faire cet album d’Yves Montand avec eux. C’est plus de 100 musiciens, ça donne beaucoup d’ampleur aux chansons. On a aussi rajouté un peu plus de cuivre, des trompettes, du sax… pour un  côté un peu jazzy.

Pour le reste, on a vraiment gardé le quintette de musiciens propre à Yves Montand : guitare-basse-batterie-clavier-accordéon.

Monsieur Montand

Nostalgie.fr : Vous n’aviez pas envie de transformer plus en profondeur ses chansons ? De les rendre plus modernes ?

Florence Coste : Pour ces chansons-là, ce sont justement ces orchestrations de l’époque qui font qu’elles ont une âme. Si on avait voulu les moderniser beaucoup, ça aurait perdu de leur charme. Après, on se les réapproprie forcément, on n’est pas là pour copier Yves Montand, ce n’est pas possible de toute façon !

Julien Dassin : Ces titres n’ont pas à faire leurs preuves. Je n’aurais pas voulu les transformer. Pour moi, il ne faut surtout pas y toucher, elles sont tellement magnifiques ! Ces chansons, vous oubliez qu’elles ont 50 ans, on ne se pose plus la question, elles sont vraiment d’actualité. J’espère avoir la bonne surprise que j’ai eu avec le spectacle Il était une fois Joe Dassin, à savoir toucher la jeune génération.


Nostalgie.fr : Pour le clip, vous vous êtes replongés dans le Paris des années 1950. Pourquoi cette période de l’histoire revient-elle tellement à la mode aujourd’hui ?


Julien Dassin : C’était l’insouciance de l’après-guerre, la joie de vivre ! Les gens sortaient de la guerre, ils avaient besoin de sourire, de joie, de bonheur. C’est la même chose aujourd’hui, il suffit d’allumer sa télé et de voir le JT.  Les gens ont besoin d’insouciance en ce moment.

Monsieur Montand

Nostalgie.fr : Vous reprenez aussi deux chansons d’ dith Piaf, Mon Manège à moi et La Vie en rose. Pourquoi ?

Florence Coste : Edith Piaf a été très importante dans la vie d’Yves Montand. Quand il est monté à Paris, il a fait sa première au Moulin Rouge. C’est là qu’elle l’a pris sous son aile, qu’elle lui a présenté à son équipe. Ils ont aussi eu une belle histoire d’amour.

Edith Piaf a écrit La Vie en Rose juste après leur rupture. Les premiers vers font références direct à Yves Montand. Il a repris ses deux chansons par la suite.


Pour vous, que représente Yves Montand ?

Florence Coste :
Pour moi, c’est un artiste complet, chanteur, acteur, danseur… un showman ! Il a conquis les Etats-Unis dans tous les domaines. Pour nous qui sommes de jeunes artistes, c’est un véritable modèle.

Julien Dassin : C’est la joie de vivre. Il savait charmait l’auditoire, il était si heureux sur scène.

Amélie BERTRAND

LES PHOTOS LIÉES (1)