Alain Bashung, poète éclectique

Disparu en 2009, Alain Bashung demeure un cas à part dans le monde de la chanson. Il a souvent surpris en passant d’un style à l’autre, avec à chaque fois des tubes qui ont marqué les esprits.

© © Franck CRUSIAUX / Getty Images

"Gaby oh Gaby" immense tube pop-rock

Alain Bashung l’expliquait lui-même aux médias, dès sa jeunesse, il a exploré de nombreux styles musicaux avant de trouver sa voie. Mais cette voie allait se révéler plus sinueuse que prévue. En effet, l’artiste a parfois déconcerté tant il est passé d’un style à l’autre au gré de ses inspirations et de ses envies. Le public l’a ainsi découvert en mode pop-rock en 1980 avec le titre "Gaby oh Gaby", son premier succès, qui s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires. On aurait alors pu penser qu’Alain Bashung allait surfer sur la vague et tenter de rééditer une telle performance, mais avec lui, l’inattendu est de mise. C’est ainsi qu’il s’offre un nouveau succès en 1984 avec "S.O.S. Amor", un titre résolument new-wave.

Alain Bashung ou la nouveauté perpétuelle

Quelque peu lassé par les sonorités new-wave et les synthétiseurs qui vont avec, Alain Bashung effectue un nouveau virage musical pour revenir au rock au début des années 1990. C’est ainsi qu’en 1991, il sort l’album "Osez Joséphine", dont la chanson éponyme demeure un de ses plus grands succès. En 1994, le public tombe de nouveau sous le charme avec le titre "Ma petite entreprise". Une œuvre originale issue d’une période qu’Alain Bashung qualifie de country new age, preuve que l’artiste aime à mêler les genres et qu’il le fait avec brio. Même le style variété ne lui résiste pas avec "La nuit je mens", un single tiré de l’album "Fantaisie militaire", considéré comme le plus abouti d’une riche carrière pleine de rebondissements.