Barbie (La)

Elle a bien souvent accompagné notre enfance. Avec plus d'un milliard d'exemplaires vendus dans le monde, Barbie a séduit plusieurs générations, grâce à sa constante évolution. Les plus grands couturiers se sont penchés sur sa garde robes. A cinquante ans, Barbie n'a pas pris une ride !

nostalgie
1/6 Lancer le diaporama
L' " époupée " Barbie

Jeune mannequin blonde, des bouclettes sur le front, des lèvres rouge vif, une poitrine haut perchée, des jambes interminables qui arpentent les allées... Nous sommes en 1959 à New-York à la Foire aux jouets, Barbie effectue ses premiers pas sur le marché du jouet.

Barbara Millicent Robert, de son vrai nom, est née quelques mois plus tôt, le 9 mars aux Etats-Unis à Willows (Wisconsin), grâce à la créativité d'un ingénieur, Jack Ryan. 300.000 exemplaires de ce jouet mannequin de 29 centimètres sont vendus par Mattel cette année là.

Ce succès est lié à l'évolution constante de Barbie, qui semble ne jamais devoir subir les affres du temps.


Une femme d'hier et d'aujourd'hui

Ainsi, seulement trois ans après sa création, Barbie est soumise à un premier relooking, arborant fièrement une robe du soir de satin rose et une coupe de cheveux "Bubble cut", caractéristiques des années 60.

En 1967, c'est une version yé-yé de Barbie qui est présentée. Elle est pourvue de cils en fibre synthétique et d'une taille pivotante. Quatre ans plus tard, après avoir traversé l'époque du Flower Power et de Woodstock, c'est légèrement vêtue que la poupée effectue son retour. Elle ne porte qu'un maillot de bain.

En 1977, Barbie, qui s'est déjà inspirée de Grace Kelly, apparaît, telle une " Drôle de dame ", sous les traits de Farah Fawcett-Majors. Une innovation signée du sculpteur, Joyce Clark.

Femme d'affaires au début des années 80, Barbie devient une fashion victim en 1986.

Elle se chausse de cuissardes, arborant un maquillage pour le moins, lui aussi, provoquant. En 1989, patriotique jusqu'au bout des ongles, Barbie n'hésite pas à endosser l'uniforme, avec l'assentiment du Pentagone.

Emancipée, à l'instar de la femme des années 90, la poupée va encore plus loin et brigue la Maison Blanche en 1992.

Au début des années 2000, ses hanches s'élargissent, sa poitrine est rétrécie et sa taille assouplie.


Barbie ou l'incarnation de l'émancipation féminine

A 50 ans, Barbie a endossé tous les rôles au presque. Elle a porté près d'un milliard de costumes ou d'accessoires, épousé plus d'une centaine de professions et s'est séparée, très officiellement, de son compagnon, Ken, en 2004!

C'en est trop pour les conservateurs alors que les jeunes filles de l'Est, aujourd'hui devenues des femmes, rêvaient de se voir offrir l'incarnation du capitalisme américain... La Barbie.


50 ans... Cela se fête

C'est le salon du prêt-à-porter, qui ouvrait ses portes le 30 janvier dernier à Paris, qui a donné le coup d'envoi des festivités pour les 50 ans de Barbie. 50 créations, spécialement imaginées pour la poupée, ont été présentées.

La marque Repetto, notamment, a présenté des ballerines. Karine Arabian, Ilya Fleet, Sylvie Corbelin, Jennifer Behr ou encore Swash ont proposé des escarpins, des colliers, des foulards, des ceintures...

Pour sa part, la boutique parisienne Colette commercialise à partir du 9 mars prochain et ce, jusqu'au 28 mars, une collection de vêtements et d'accessoires Barbie, redimensionnés à taille humaine.

D'autres petits objets que l'on confère à Barbie, sous forme de bonbons, seront également proposés. L'enseigne revoit également ses vitrines pour l'occasion. Jusqu'au 12 mars, elles prennent des allures nostalgiques avec l'exposition des toutes premières Barbie et Ken.

Le Musée de la Poupée à Paris revêt, lui aussi, les couleurs de Barbie. Il propose une exposition intitulée "Rêve ta vie avec Barbie" du 28 mars au 20 septembre 2009.
250 poupées issues de collections privées sont exposées.

Aux Galeries Lafayette, se tient l'exposition "Barbie Fashion Show 2009" du 6 au 25 avril prochain. Cinquante créateurs comme : Karl Lagerfeld, Jean-Charles de Castelbajac, Cacharel, Christian Lacroix, Sonia Rykiel ou encore Corinne Cobson ont imaginé spécialement des tenues pour la poupée.

Karl Lagerfeld qui participe à cette exposition, s'est inspiré de sa propre collection Chanel Printemps/été 2009 pour confectionner la tenue.

De son côté, la boutique parisienne Assouline créé un coffret "Ultimate collection Barbie". Ce livre collector retrace les grands événements qui ont marqué l'évolution de la poupée. Imprimé sur du papier de coton, cet ouvrage, commercialisé 340 euros, livre les clichés des transformations opérées par Barbie.

Enfin, six poupées Barbie, qui ont marqué les cinq décennies de la poupée mannequin, sont rééditées au prix de 70 euros chacune.


Barbie : la poupée aux deux visages

Accusée par ses détracteurs de déformer l'image de la femme chez les petites filles pour incarner la femme objet, l'ascension de la Barbie est quelque peu ralentie ces dernières années.

Si en 2007, la poupée s'est encore vendue à près de 3 millions d'exemplaires, un an plus tard, les ventes enregistrent une chute et ce, pour la septième année consécutive.
A l'origine de ce ralentissement une concurrence farouche, notamment avec l'apparition sur le marché du jouet de la poupée Bratz, aux yeux démesurés et aux tenues sexy.

A craindre également la parution de " Jouet-Monstre: le grand méchant monde de Mattel " de Jerry Openheimer. Un livre qui pourrait s'avérer être un véritable brûlot contre la maison mère, Mattel, et son créateur, Jack Ryan.

Caroline LEBENBOJM