Charles Aznavour, Daniel Balavoine, Claude Nougaro, Bernard Lavilliers… focus sur ces stars qui ont confié leur carrière à Eddie Barclay

Le

Le producteur Eddie Barclay a bâti un véritable empire musical en France, faisant de lui l’égal de grands producteurs américains. Il avait un grand talent pour convaincre les talents de le rejoindre. De Dalida, en passant par Michel Sardou, Daniel Balavoine, Claude Nougaro, Bernard Lavilliers… de grands noms de la chanson ont un jour ou l’autre été produits par l’homme qui a transformé l’industrie du disque en France en industrie du showbiz.

Charles Aznavour a mis sa carrière dans les mains d'Eddie Barclay

Le monstre sacré de la chanson française n’a pas hésité à mettre son avenir musical entre les mains d’Eddie Barclay. Jeune chanteur, il connaît des débuts difficiles. Il est doué et a une voix remarquable. Pourtant, le succès ne vient pas tout de suite. La force de Charles Aznavour est sa confiance en lui et, bien sûr, son talent. Il ne lui manque qu’une chose, les relations. En rencontrant Eddie Barclay, les portes de la gloire s’ouvrent à lui. Le producteur le produit pour la première fois dans une salle parisienne, à l’Alhambra, dans le 10e. Avant cette soirée, personne ne connaît le jeune artiste. Pour l’occasion, Eddie Barclay ne lésine pas sur les moyens, il invite le Tout-Paris. Ce moment suffit à lancer la carrière de Charles Aznavour. À la sortie, le public est convaincu et continuera d’acclamer Aznavour pendant de longues années.

Claude Nougaro et Eddie Barclay

Le fameux interprète de "Nougayork" doit lui aussi sa carrière au grand Eddie Barclay. Ce dernier détient déjà un empire musical en France quand il rencontre Claude Nougaro. Séducteur, il sait parler à ses artistes pour les convaincre de rejoindre ses rangs. Il faut dire qu’il ne fait pas que promettre monts et merveilles, il offre du concret. Tous ceux qui passent entre ses mains sont promis à une très belle carrière. Pourtant, quand Nougaro rencontre Barclay, il a déjà roulé sa bosse et connaît le succès. Il tombe quand même sous le charme et quitte sa maison de disques Philips pour le label Barclay. Il ne le regrette pas puisque c’est à ses côtés qu’il sort son célèbre "Tu verras", un de ses grands succès. Eddie Barclay l’abandonne après l’échec commercial de l’album "Bleu Blanc Blues".

Eddie Barclay et le poulain Daniel Balavoine

Eddie Barclay n’est pas devenu le producteur le plus connu de l’Hexagone sans raison. Il a du flair et sait reconnaître le talent au premier coup d’œil. Ce don a fait de lui le roi du showbiz français. Avant de devenir la coqueluche des Français, Daniel Balavoine a connu une traversée du désert. C’est en 1975 qu’il rencontre Eddie Barclay et rejoint son label. Il sort alors son premier 33 tours et son titre phare "De vous à elle en passant par moi". Il n’obtient pas les résultats attendus, mais le producteur patiente. Il sait que Daniel Balavoine est talentueux. C’est alors que le jeune chanteur décroche le rôle de sa vie dans l’opéra rock "Starmania". En réponse à cela, le producteur renouvelle son contrat avec le chanteur.

Bernard Lavilliers : carrière chez Barclay

Tous les grands chanteurs de l’époque Barclay ont en commun d’avoir un jour signé avec lui. Il est le producteur du moment. Il est connu pour ses soirées en blanc à Saint-Tropez, tous les jeunes artistes rêvent de travailler ou d’être coachés par lui. Le premier album studio du chanteur sous le label Barclay est "Les barbares", celui de sa consécration. Ce grand chanteur et poète français doit tout à Barclay, et ce, depuis 1976. Et, Bernard Lavilliers le lui rend bien. En l’honneur de ce qui a fait toute la différence dans sa carrière, il a décidé de rester fidèle au label Barclays, qui existe toujours malgré le décès de son fondateur. Depuis toutes ces années, le chanteur produit tous ces disques sous ce même label.

Dalida : les débuts de Barclay

La grande Dalida, célèbre interprète de "Laissez-moi danser" n’y échappe pas. Elle aussi a un lien avec le producteur le plus connu de France. Mais, cette fois-ci, ce n’est pas elle qui lui doit tout. C’est Barclay qui doit à Dalida son empire. En lançant un des premiers albums d’une des chanteuses françaises les plus prometteuses des années 50 et 60, Eddie Barclay fait un bon choix. Grâce au succès de la jeune première, il pose les premières pierres de son empire. Malheureusement pour lui, la chanteuse décide par la suite de changer de label. Eddie Barclay ne lui en tient pas rigueur, mais il met un peu de temps à s’en remettre.

Michel Sardou : passage chez Eddie Barclay

Michel Sardou en tant qu’artiste connu des années 60 en France n’a pas échappé non plus à l’ère Barclay. C’est dans un film que le jeune chanteur est repéré. Il est simple figurant dans "Paris brûle-t-il ?" quand il est repéré par la maison de disques de Barclay. Son premier album se nomme "Le Madras". Il ne l’écrit pas seul, mais est accompagné entre autres, de Michel Fugain. Le chanteur n’atteint pas tout de suite les sommets. Eddie Barclay mise alors encore une fois sur son feeling. Il lui faut être patient et attendre la sortie du titre "Les Ricains", en 1967. Cette chanson marque un tournant dans la vie de Michel Sardou. Elle fait polémique dans un monde devenu anti-Américains en raison de la guerre du Vietnam. Mais cette notoriété éphémère ne suffit pas à convaincre Eddy Barclay de garder Michel Sardou. Il résilie donc son contrat en 1969.