Coccinelle (La)

D'abord égérie du peuple allemand, avant de conquérir la scène internationale, pour s'imposer comme une véritable héroïne de cinéma, la Coccinelle en français, Käfer en allemand, Beetle ou Bug en anglais et Vocho au Mexique, est la première voiture que va produire Volkswagen à compter de 1938.

Un contexte belliqueux


Initialement destinée à répondre aux attentes de l'armée allemande, la Coccinelle, sur ordre d'Adolph Hitler, aura finalement pour fonction de donner au peuple allemand une voiture pouvant transporter une famille de 4 personnes, à 100 km/h, en consommant 7 litres aux 100, pour moins de 1.000 reichmarks.

C'est le führer, lui-même, qui veille aux destinées de la voiture puisqu'il dessine une première ébauche.
Le développement du projet ne tarde pas, sous l'impulsion de Ferdinand Porsche.
La production suit en 1938.


Vocation première : servir l'armée...

Confrontée aux besoins de l'Allemagne nazie, c'est donc dans un premier temps des modèles militaires qui sortent des usines de Wolfsbourg sous les appellations Kübelwagen et Schwimmwagen.
Des exemplaires destinés à la population seront néanmoins fabriqués jusqu'à la fin de la seconde guerre. Second souffle

En 1945, la Coccinelle renaît de ses " cendres ". La production est relancée, cette fois à des fins purement civiles et pas uniquement à destination des Allemands mais également des Etrangers.

En mutation constante, notamment avec des versions cabriolet (produites à partir de 1949), le véhicule, à deux portes et doté de quatre vitesses, s'exporte à compter de 1951. Si bien que quatre ans plus tard, la millionième Coccinelle sort de l'usine de Wolfsburg.


Multitude de modèles


Parmi les modèles a y avoir été produits : la Split Window (de 1938 à 1953) puis l'Ovale qui prend la suite jusqu'en 1957 avec des versions : DeLuxe, Standard et Export.

Au milieu des années 60, tandis que Volkswagen AG est fondée et partiellement privatisée, les changements auxquels la voiture est soumise s'accélèrent.
Les ailes avant se dotent de feux ronds verticaux et les feux arrières ainsi que les pare chocs se font plus gros.
Des modifications qui contribuent au très large succès de l'automobile.

Pour autant, le dernier exemplaire à être produit en Allemagne, sort de l'usine Emden en janvier 78, (seul le cabriolet Karmann sera produit jusqu'en janvier 1980).


La Coccinelle ouvre ses portes au grand public


Au total, la Coccinelle aura été produite à plus de 21 500 000 exemplaires dans le monde.
Un chiffre qui lui permet d'afficher un record : celui du modèle le plus produit, si l'on excepte, toutefois, la Golf, de Volkswagen toujours, qui en 2006 est passée en tête, à la faveur de ses différentes versions, tandis que la Coccinelle n'aura que peu évoluée.


Viva la Vocho

Au Mexique, la Coccinelle, qui l'on nomme la Vocho, va faire de la résistance puisqu'elle est fabriquée jusqu'en juillet 2003. Et pour cause...
Elle fait partie du paysage puisqu'elle fait office de taxi (la moitié des 135.000 taxis qui circulaient encore en 2008 à Mexico était des Vochos).

La voiture, appréciée pour son entretien aisé, a évidemment été réaménagée.
Il s'agit d'un taxi à deux portières, dans lequel le siège avant, à côté du chauffeur, a été ôté afin de permettre une accession facilitée pour le client sur la banquette arrière.


La coccinelle au sommet de son (7éme) art

Une notoriété qui ne se dément pas non plus au cinéma. Disney a, en effet, bâti une saga, riche de cinq films, autour de la Coccinelle.
Un premier opus sort en 1968 : " Un amour de Coccinelle ", " Un nouvel amour de Coccinelle " six ans plus tard, " La Coccinelle à Monte-Carlo " en 1978, et évidemment " La coccinelle à Mexico " deux ans plus tard, et enfin, " la Coccinelle revient " en 2005.
Ces films, qui donne vie à la Coccinelle, alias Choupette ou encore Herbie, relate les péripéties de la voiture et de ses propriétaires à travers le monde.

Caroline LEBENBOJM