Earth, Wind & Fire : dés débuts à rebondissements

Leader et producteur d’une large majorité des albums du groupe mythique Earth Wind and Fire, Maurice White a connu des débuts étonnants.

© Nostalgie

Chicago : la première formation

Avec ses deux amis, Wade Flemons et Don Whitehead, Maurice White compose des morceaux, qui deviendront des hymnes commerciaux, des publicités en somme. Leur talent n’ayant pas de limite, ils forment rapidement le groupe The Salty Peppers et signent un contrat avec Capitol.

Los Angeles : la résurrection du groupe

Ils déménagent à Los Angeles et signent un nouveau contrat avec Warner Bros. The Salty Peppers se transformera en Earth Wide and Fire. Nom emprunté aux éléments prépondérants à son signe astrologique : le Feu (Fire), la Terre (Earth) et l'Air (Wind). En plus des deux membres initiaux – Flemons et Whitehead – Maurice White recrute Michael Beal à la guitare, Leslie Drayton, Chester Washington et Alex Thomas au trombone, Sherry Scott au chant, le percussionniste Phillard Williams et son jeune frère Verdine à la basse. Après deux albums, la formation est dissoute en 1972. Maurice White garde à ses côtés son frère Verdine et recrute Jessica Cleaves pour le chant, Ronnie Laws pour la flûte et le saxophone, Roland Bautista pour la guitare, Larry Dunn pour le clavier, Ralph Johnson pour les percussions et Philip Bailey pour le chant.

Une ascension vers le succès

Leur contrat à la Warner Bros est racheté par Columbia Records suite à une performance séduisante au Rockefeller Center de New York. Le groupe se forge alors une solide réputation en signant l'album "Last Days and Time" en 1972, et l’album "Head to The Sky" en 1973. Les débuts d’une gloire attendue.