Étienne Daho : un chanteur fait d’or et de platine

Le

Pour Étienne Daho, le succès est une seconde nature. Alors que presque tous ses albums ont été certifiés, cette discographie exceptionnelle en fait l’un des chanteurs français les plus appréciés.

Un premier album qui ne prend pas, un deuxième double disque d’or

Si l’on excepte son dernier album "Surf" (opus commencé en 2004 puis abandonné plusieurs fois) uniquement sorti en vinyle pour l’instant, 10 des 13 albums studio d’Étienne Daho ont au moins été certifiés disque d’or. Seul le premier opus du Rennais d'adoption "Mythomane" (1981) ainsi que deux albums concepts moins accessibles pour le public (le mini-album "Tombé pour la France" sorti en 1985 et le long poème "Le Condamné à mort" chanté et lu avec Jeanne Moreau en 2010) ne se sont pas aussi bien vendus. C’est le succès de la chanson "Le Grand Sommeil", sortie en single en 1982, qui a permis à Étienne Daho d’enregistrer son deuxième album "La notte, la notte". En plus du titre "Le Grand Sommeil", cet opus incluait l’un des plus grands succès du chanteur, "Week-end à Rome", qui avait porté "La notte, la notte" (deux mots susurrés notamment par Lio dans "Week-end à Rome") vers un disque d’or en 1985 et une certification double disque d’or dix ans plus tard.

Trois albums disques de platine en cinq ans

Sa carrière lancée, Étienne Daho a ensuite sorti trois albums en l’espace de cinq ans seulement, "Pop Satori" (1986), "Pour nos vies martiennes" (1988) et "Paris Ailleurs" (1991). Tous trois disques de platine (les premiers de la carrière de l’artiste), ces opus ont chacun été marqués par deux chansons ayant laissé une trace dans le répertoire d’Étienne Daho : "Tombé pour la France", déjà présent sur le mini-album du même nom, et "Duel au soleil" pour "Pop Satori", "Bleu comme toi" et "Des heures hindoues" dans "Pour nos vies martiennes", et enfin "Saudade" et "Des attractions désastre" pour "Paris Ailleurs". Après avoir été l’une des grandes figures de la new wave des années 80 en France avec sa pop acidulée par les synthés, Étienne Daho a réussi avec "Paris Ailleurs" son tournant vers une pop plus classique, style qui a fait de lui dans les années suivantes l’une des figures majeures de la chanson française.

Étienne Daho, un artiste habitué du top albums

Depuis "Pop Satori", les albums d’Étienne Daho ont toujours atteint le top 10 des meilleures ventes d’albums en France (hormis le singulier "Le Condamné à mort" qui peut être logiquement classé à part). L’opus "Eden" s’est classé numéro 7 en 1996, puis les années 2000 ont vu l’énorme succès successif de "Corps et Armes" (numéro 1), "Réévolution" (numéro 5) et "L'Invitation" (numéro 2) malgré l'absence de singles phares. La compilation "Singles" sortie en 1998 avec l'inédit "Le Premier Jour (du reste de ta vie)" a aussi été disque de platine. Plus récemment, ce sont "Les Chansons de l'innocence retrouvée" (numéro 3) et "Blitz" (numéro 4) qui ont été respectivement certifiés disque de platine et disque d'or. Après 5 disques de platine, 4 disques d’or et 1 double disque d’or sur ses 13 premiers albums studio, Étienne Daho sort le 20 novembre 2020 son album perdu "Surf (Volumes 1 & 2)" dans une version étendue, qui pourrait venir agrandir la collection de certifications de l’artiste.