Johnny Hallyday : un nouvel album posthume en version symphonique sortira le 25 octobre

Près de deux ans après la mort du rockeur, un second album posthume de Johnny Hallyday sortira le 25 octobre. Intitulé sobrement "Johnny", ce nouvel opus est composé anciens tubes du Taulier, réarrangés en version symphonique et acoustique.

© gettyimages

Un an seulement après "Mon pays c'est l'amour", un nouvel album posthume de Johnny Hallyday va sortir le 25 octobre prochain.

Un nouvel album posthume sobrement intitulé "Johnny"

Intitulé «Johnny», l’opus est en cours de mixage à Los Angeles, après des enregistrements à Londres avec le London Symphony Orchestra. Derrière ce projet, un homme qui a toujours été proche du chanteur de son vivant, Yvan Cassar. Cette fois-ci, il endosse le rôle de chef d’orchestre. Sans difficulté, il mène à la baguette plus de 70 musiciens ainsi que plus de 40 choristes.

Un projet qui lui tient énormément à cœur. A ses côtés, des personnes qui connaissent parfaitement l’ancien mode de travail de l’artiste. Une façon de recréer l’univers dans lequel le grand chanteur évoluait. Dans les colonnes du Parisien, le producteur de musique et ami de Johnny Hallyday s’exprime sur l’idée de ce fameux projet avec Universal. «J’ai d’abord dit non à leur proposition. C’était tellement difficile de revenir là-dessus. Mais ça m’a évoqué tant de souvenirs, de choses partagées».

Douze chansons en version symphonique et acoustique

Au programme de ce nouvel album posthume, douze chansons : "Vivre pour le meilleur", "Non rien de rien", "Quelque chose de Tennessee", "M'arrêter là", "Le chanteur abandonné", "Diego libre dans sa tête", "Marie", "Requiem pour un fou", "Sur ma vie", "Que je t'aime", "Sang pour sang" et "L'Envie", réorchestrées en version symphonique ou en piano-voix, avec quelques guitares acoustiques et percussions.

Pour Yvan Cassar, le but était de faire un album que Johnny aurait aimé."C'est le principe de ce disque, je ne prends que des chansons que nous avons faites ensemble, dont on a discuté les arrangements. Mille fois il m'a parlé d'orchestre. J'ai l'impression que vingt ans plus tard on va au bout de cette histoire. Et c'est joli", confie-t-il au Parisien.

© Nostalgie