L'histoire du Bandana

Popularisé par les cow-boys ou encore les rockers, le bandana a noué de nombreux liens à travers l'histoire, jusqu'à devenir un signe d'appartenance.

© nostalgie
Un carré d'as

Un peu de théorie, c'est aussi pratique... Triangulaire ou quadrangulaire, le bandana, issu du mot hindi " bandhana " qui signifie attacher, s'utilise à la fois comme un couvre chef, un foulard ou encore un poignet de force.
Comparés aux feuilles d'un arbre indien, le bodhi, ses motifs puisent en fait leurs racines en Ecosse, à Paisley.

Apparu à la fin des années 70, le bandana symbolise l'appartenance à des professions bien déterminées. Dans ce jeu des 7 familles, je demande d'abord les fermiers mexicains.
Plus pratique que le crème solaire et surtout plus masculin, les " vaqueros " utilisent le bandana pour échapper au soleil.

A l'instar des Mexicains, les cow-boys américains recourent également à ce foulard. Comme le lasso, il complète la panoplie du parfait cow-boy, soucieux de se protéger de la poussière.

De nombreux autres corps de métiers ont aussi fait le choix du bandana. Exemple notamment avec les boulangers qui pour éviter d'être roulés dans la farine, le mette sur la tête.
Dans le feu de l'action, les pompiers ont eux aussi utilisé ce foulard pour se protéger des émanations de fumées.
Au delà des signes d'appartenance à une profession, le bandana est également l'expression d'un lien communautaire.

Un foulard qui décoiffe


Un cow-boy moustachu, tout de cuir vêtu avec un bandana noué autour du coup ou du poignet, entouré de ses cinq autres acolytes... Ca vous chante ?
 " YMCA ", " In the navy "... C'est évidemment le groupe légendaire des années 70, Village people qui s'est joué des stéréotypes homosexuels ; parmi lesquels le bandana très populaire au sein de cette communauté pour les codes qu'il représente.

Le bandana a ses codes, notamment au sein de la communauté homosexuelle.
Selon son emplacement ou sa couleur, le bandana permet de connaître les pratiques ou les préférences de la personne.

Outre la communauté homosexuelle, le bandana a également son utilité chez les rockers notamment chez les guitaristes, qui l'attache autour du poignet de la main de laquelle il joue afin de le garder au chaud. Bruce Springsteen est souvent apparu avec un bandana noué autour de son poignet.

En 1980, c'est Renaud qui popularise le foulard. Le chanteur apparaît sur le pochette de son album, " Marche à l'ombre ", avec un bandana rouge noué autour du cou.  A l'image de l'artiste, il devient le symbole d'une révolte. 
De nos jours, le bandana est devenu un accessoire tendance et revient régulièrement sur les podiums.