La nostalgie des grandes heures du tennis

Comme chaque année, la deuxième semaine du tournoi de Roland-Garros est l'occasion pour certains anciens champions de reprendre la raquette et de jouer un tournoi de double, « pour le plaisir ». Mais pour ces ex-champions, ce n'est pas toujours facile de se plier à l'exercice des matches sans enjeu...

Nostalgie
1/4 Lancer le diaporama
Les plus grands sont venus

Les jeux ont un peu jauni, certes, mais rien n'a changé. On les retrouve tous comme on les a quittés, pour notre plus grand plaisir. La silhouette de poussin de Michael Chang, les tics de nervosité de John McEnroe, la démarche chaloupée de Thomas Muster, l'humour provocateur d'Ilie Nastase, l'allure de troubadour de Goran Ivanisevic. Le dénominateur commun des joueurs qui participent au trophée des légendes ? Ils ont tous déjà brillé à Roland Garros. Il y a d'anciens vainqueurs comme Michael Chang (vainqueur en 1989 à l'âge de 17 ans, et auteur d'un match mythique contre Ivan Lendl, qu'il avait assommé d'un célèbre service à la cuiller) ou Ilie Nastase (vainqueur en 1973). Mais aussi des anciens finalistes comme John McEnroe (finaliste en 1984) ou Henri Leconte (finaliste en 1988).


Le principe du trophée des légendes


Répartis en deux groupes, les 35-45 ans d'un côté, et les plus de 45 ans de l'autre, ces anciennes gloires composent pour l'occasion des paires de double parfois inédites. Il y a quelques années, Henri Leconte avait ainsi joué aux côtés de John McEnroe, ce qu'ils n'avaient jamais fait du temps où ils étaient professionnels. Le français avait pu alors constater que l'Américain n'était pas là pour plaisanter, mais ... pour gagner.


Ils n'ont pas changé !

A l'heure où certains se plaignent de l'absence de champions à gros caractère, ces matches exhibitions permettent de bien cerner ce que l'on a perdu avec le temps. Comme à la belle époque, John McEnroe va contester à coup sûr toutes les décisions d'arbitrage litigieuses. Et ce n'est pas du cinéma ! En 2007, le colérique et génial Américain avait poussé un terrible coup de gueule en voyant qu'il était programmé à l'heure du déjeuner. « Je suis la star numéro 1 du trophée des légendes ! On ne me programme pas à midi ! » avait-il hurlé dans les couloirs du court Suzanne Lenglen. Lors du trophée du Lagardère Paris Racing, en septembre dernier, l'ancien joueur Guy Forget expliquait que même s'il n'y avait plus d'enjeu, l'envie de battre l'autre et de gagner ne pouvait pas disparaître avec le temps.

 
Trophée des légendes : du 2 au 6 juin 2010, Court Suzanne Lenglen, Roland Garros.
Plus d'informations en suivant ce lien