La science fiction

En dépit de ses détracteurs, la science fiction demeure le genre cinématographique le plus populaire au monde. Un genre prisé par les spectateurs pour les effets spéciaux, l’inventivité ou encore le voyage dans le temps. Autant d’atouts qui ont fait le succès de « Voyage dans la lune », aux séries des « Alien » et de « La guerre des étoiles » en passant par « Avatar ». Des films qui exploitent les technologies les plus innovantes. Retour sur un genre inépuisable et apprécié du grand public.

Chérie FM
1/26 Lancer le diaporama
De la littérature…

Bien avant d’être exploitée au cinéma, la science fiction trouve tout son sens dans les livres. Rappelons nous le grand mythe de « Frankenstein », le roman de Mary Shelley, publié en 1818.

En France, il faut attendre 1864, pour que Jules Verne propose sa vision de la terre, dans « Voyage au centre de la terre », et de l’espace, dans « De la terre à la lune », édité en 1865.

Mais c’est l’écrivain anglais, Herbert George Wells qui introduit vraiment la science fiction dans la littérature grâce au succès de ses œuvres. Herbert George Wells publie des romans, comme « La machine à explorer le temps », « L’homme invisible » et « La guerre des mondes », qui sont toujours considérés comme de grands classiques. Ces trois romans, ont par la suite, été adaptés sur grand écran.

En 1933, « L’homme invisible » est réalisé par James Whale, en 1953, c’est le réalisateur, Byron Haskin qui présente « La guerre des mondes ». Et en 1960, George Pàl propose « La machine à explorer le temps »,


…au cinéma


Le cinéaste français, Georges Méliès, est considéré comme le père des effets spéciaux. Sa première grande œuvre dans le domaine de la science fiction date de 1902, avec le film muet, « Voyage dans la lune », adapté du roman de Jules Vernes, « De la terre à la lune ». L’histoire retiendra notamment la lune qui se mire dans le télescope.

Un véritable chef d’œuvre pour la science fiction qui rassemble de nombreuses simulations photographiques et des innovations techniques.  

Même si à l’époque on ne parlait pas encore de science fiction, Georges Méliès propose un nouveau genre qui va très vite remporter un vif succès et se développer grâce au génie de nombreux réalisateurs.


La Science fiction aux portes de la réalité

Le 30 octobre1938, à la veille d’Halowenn, Orson Welles, acteur, cinéaste et animateur radio, réalise une émission. Inspiré par le roman d’Herbert George Wells, « La guerre des mondes », Orson Welles lit son adaptation de l’œuvre et prévient comme à chaque fois, au début de son émission, que les faits sont imaginaires. Tous les auditeurs qui ont pris l’émission en cours, ont réellement pensé fuir leur pays redoutant que l’invasion des extra-terrestres soit réelle. Des troupes américaines en permission sont même appelées à défendre leur pays.

En quelques minutes et sans le savoir, Orson Welles déclenche un vent de panique aux Etats-Unis, démontrant la force de la radio et le pouvoir de la science fiction, finalement pas si loin de la réalité..

En 1956, Orson Welles travaille en collaboration avec le jeune réalisateur Stanley Kubrick. Stanley Kubrick utilise la voix off inimitable de Orson Welles pour la réalisation de son long métrage « L’ultime Razzia ».  

En 1963, Orson Welles dit de Stanley Kubrick, que parmi la jeune génération, Stanley Kubrick lui  paraît être un géant.

Une déclaration que Stanley Kubrick étaye à la force de ses innovations technologiques et de sa vision très réaliste de l’avenir.  


Le bouleversement de la science fiction

Avec « L’odyssée de l’espace », en 1968, Stanley Kubrick enclenche le pas vers la révolution de la science fiction et les grosses productions. Le réalisateur utilise de nouveaux effets spéciaux et aborde de nouveaux thèmes tels que le pouvoir de l’ordinateur ou l’évolution de l’homme.

On découvre alors un festival de nouveaux films avec de nouveaux effets spéciaux grâce à l’utilisation des ordinateurs. « La guerre des étoiles », « Rencontre du troisième type » ou encore « E.T. » et « Alien », permettent à la science fiction de devenir le genre cinématographique le plus populaire.

La science fiction aborde de nouveaux thèmes depuis les années 70. Les dérapages de la société moderne et les dangers liés à des problèmes immédiats tels que le climat, l’environnement, les nouvelles technologies, sont plus facilement approchés par les réalisateurs tels que Steven Spielberg, Georges Lucas ou encore James Cameron


Avatar : une révolution numérique

A l’heure actuelle, les avancées technologiques permettent de produire des films en 3 dimensions, un atout majeur pour le genre.
« Avatar », le film de science fiction le plus attendu de l’année 2009, offre une expérience cinématographique unique avec une nouvelle génération d’effets spéciaux.

Le réalisateur, James Cameron qui a déjà réalisé plusieurs films à succès tels que « Titanic », « Aliens le retour » ou encore « Terminator », propose un film très ambitieux visuellement.

Une technologie révolutionnaire a été spécialement inventée pour le film. Les personnages en image ressemblent aux acteurs qui les interprètent mais avec des proportions différentes.

Et pour ne rien perdre de ces nouvelles technologies, «Avatar», avec à l’affiche Sigourney Weaver et Sam Worthington, utilise un procédé de nouvelle génération qui permet au spectateur de plonger au cœur de l’action via les lunettes RealD 3D…

Mais « Avatar » comme tous les films de science fiction ne se réduit pas à un feu d’artifices d’effets spéciaux. Le réalisateur espère aussi faire passer un message écologique et social.

Avec le développement incessant des effets spéciaux depuis le début du XXéme siècle et les propositions visionnaires des réalisateurs, la science fiction continue de fasciner le spectateur.