La télévision change

Petit tour d’horizon de quelques émissions cultes du petit écran qui restent aujourd’hui encore d’une modernité folle.

© Nostalgie
Combien de spectateurs, veillant le mardi soir devant leur télévision, n’ont pas tremblé de peur et d'excitation au lancement du générique des « Dossiers de l'écran » ? Crée par Armand Jammot, et animée par Joseph Pasteur et Alain Jérôme, l’émission surprend par son générique.

Diffusé sur la seconde chaîne de l’ORTF, puis sur Antenne 2, c’est le 6 avril 1967 que les téléspectateurs découvrent ce programme et son concept innovant : interroger l’histoire et le monde contemporain à travers le cinéma.
Ce dernier lui rendra hommage en le parodiant dans « Papy fait de la résistance ».


Des films et des débats

La diffusion d’un film documentaire ou de fiction sert alors de tremplin à un débat ayant trait directement aux faits racontés dans le long-métrage.
Craignant que son émission ne séduise pas le public, Armand Jammot ne loue le décor que pour quatre soirées. Une crainte peu fondée puisque « Les dossiers » dureront en fait près de vingt-cinq ans ! Les thèmes parcourent des sujets aussi différents que  « Les criminels nazis sont toujours parmi nous » ou le cinéma porno et l’émission recevra le président Valéry Giscard d’Estaing et ses invités seront les premiers à réagir à la mort Georges Pompidou.


Gilles Margaritis et sa piste aux étoiles
 
Grand amateur de cirque, de cabaret et de divertissements, le producteur Gilles Margaritis souhaitait depuis longtemps présenter une version télévisée de son propre spectacle de music-hall, les Chester-Folies.
C’est chose faite avec la première de "la Piste aux étoiles" qui a lieu le 17  mars 1954. Accompagné par l'orchestre de Bernard Hilda, également compositeur du générique, Roger Lanzac présentait ce spectacle sans précédent sur le petit écran.


Et Roger Lanzac qui fait son cirque

Fidèle à la vieille tradition des revues et des attractions, les spectateurs assistent durant soixante-quinze minutes à un véritable show, animés par clowns, dresseurs, illusionnistes et artistes qui font les premières parties dans les cinémas et les salles de spectacle. Le tout dans un décor somptueux.

L’émission devient un rendez vous populaire et se dote dans le même temps d’un présentateur vedette en la personne de Roger Lanzac, ancien animateur de Télé-Luxembourg.


« Le Grand échiquier » ou quand la culture s’invite à 20h30 

Conduite par le premier ministre de l’époque, Jacques Chirac, la réforme audiovisuelle amorcée en 1972 permet aux programmes de se diversifier. Le grand échiquier en est un exemple avec cette idée tout bonnement novatrice pour l’époque, celle d’une culture accessible à tous.

Créée et animée par Jacques Chancel, l’émission est diffusée pour la première fois le 12 janvier 1972 à 20h30 sur la seconde chaîne de l’ORTF.
L’animateur sait cultiver l'art de la conversation dans un décor intimiste et audacieux, habillé de gigantesques toiles.
À chaque plateau, Jacques Chancel enchaîne surprises et  rencontres, dont celle de Lino Ventura , César, Yves Montand et Georges Brassens , réunis pour la première fois ensemble à la télévision ou celle de l’ l’émission du 25 mai 1980, où l'on voit Maurice Béjart danser pour la dernière fois sur « Faust ».

Après dix-sept ans d’existence, l’émission, diffusée par la suite sur TF1 puis Antenne 2, disparaît de l’écran en 1989.


Des chiffres et des lettres


Les émissions ne sont pas seulement culturelles ou informatives mais aussi ludiques, dont le meilleur exemple est… « Des chiffres et des lettres ». En créant en 1965 "Le mot le plus long" pour Antenne 2, Armand Jammot ne se doutait pas qu'il lançait l'émission de télévision française la plus longue de l'histoire.

Par la suite rebaptisée "Des chiffres et des lettres", l’émission devient alors quotidienne et les grandes finales attirent déjà à l'époque entre huit et douze millions de téléspectateurs.

Le programme repose désormais sur les mécaniques des jeux « Le mot le plus long » et « le compte est bon », testant les compétences en calcul et la connaissance en vocabulaire des candidats.
Avec cette nouvelle formule, Armand Jammot parvient à réveiller un jeu qui avait déjà tenu près de sept années à l’antenne.

Successivement présentée par Christine Fabréga, Patrice Laffont, Max Meynier, Laurent Cabrol et Laurent Romejko, le programme diffusé encore aujourd'hui sur France 3, se distingue par son record de longévité.