Mylène Farmer : ses clips les plus onéreux

Mylène Farmer a une discographie passionnante. Ses clips, fréquemment osés et où elle est très souvent dénudée, sont de véritables œuvres d’art. Zoom sur ses créations les plus onéreuses.

© © Tony Barson / Getty Images

"Pourvu qu'elles soient douces" - 1988

Plus de 530 000 euros sont investis pour la création de ce clip. "Pourvu qu’elles soient douces" est tourné dans la forêt de Rambouillet, huit jours durant. Perfectionniste, l’équipe de réalisation et de scénaristes s’appuie sur les conseils avisés d’un expert historien. "Pourvu qu’elles soient douces" est la suite affichée du titre "Libertine" : la première image du clip est la dernière image de celui de "Libertine". Mylène Farmer est ici prisonnière d'un général de l'armée anglaise.

"California" - 1996

Avec un budget estimé à 610 000 euros, "California" est le second clip le plus cher pour Mylène Farmer. Il se place juste derrière "L'Âme-stram-gram" en 1999 et ses 900 000 euros. Réalisé par le grand cinéaste Abel Ferrara, le tournage a duré 3 jours seulement aux États-Unis à Los Angeles, entre Sunset Boulevard et Château Marmont. Le clip de la chanson met en scène deux personnages incarnés par Mylène Farmer, tantôt prostituée, tantôt épouse modèle.

"L'Âme-stram-gram" - 1999

Tourné à Pékin en Chine et réalisé par Ching Siu-Tung, le scénario du clip a été écrit par Mylène Farmer elle-même. S’inspirant d’une légende chinoise, il raconte l’histoire de deux sœurs jumelles dont l’une est enlevée, puis séquestrée dans une salle de torture. La seconde essaiera de la délivrer jusqu’à son dernier souffle. Avec un budget record de 900 000 euros, c’est le clip le plus cher de la carrière de Mylène Farmer.