Réédition, best of et "Starmania" célèbrent Michel Berger, 30 ans après sa disparition

Le - modifié le - Par .

Trois projets d’importance accompagneront dans les prochains mois l’hommage rendu à Michel Berger, trente ans après sa disparition le 2 août 1992.

Hommage en musique. La disparition, le 2 août 1992, de Michel Berger des suites d’un infarctus a laissé un grand vide dans la chanson française.  Trente ans plus tard, plusieurs projets autour de l’œuvre du musicien sont en préparation. De quoi célébrer la formidable créativité d’un musicien surdoué.

Dans les semaines à venir, un nouveau best of doit sortir sous la forme d’un CD, un triple CD et un double vinyle. L’occasion de retrouver les principaux tubes de Michel Berger de "Seras-tu l’as ?" au "Paradis Blanc", en passant par "La Groupie du pianiste", "Celui qui chante", "Mademoiselle Chang" ou "Quelques mots d’amour".
 

Le retour de Starmania

Autre surprise, la réédition d’une rareté. Il s’agit du second album du compositeur, "Puzzle". Cet opus instrumental est sorti en 1971, mais ses origines remontent plusieurs années en arrière, lorsque Michel Berger avait enregistré des 45 Tours chez Pathé Marconi, filiale de EMI. Ecrit à la manière d’un concerto pour piano en trois mouvement, "Puzzle" est une composition de rock progressif instrumental dans laquelle Michel Berger met à profit ses talents en matière d’arrangement. Une qualité que l’on retrouvera par la suite dans l’enregistrement des chansons populaires qui feront son succès.

 

Lire aussi

Enfin, la célèbre comédie musicale "Starmania", composée par Michel Berger et écrite par Luc Plamondon, fait son grand retour sur scène. L’opéra rock à succès débutera le 8 novembre à la Seine Musicale (Boulogne-Billancourt) avant de se lancer dans une tournée des zéniths à travers la France. La mise en scène est signée Thomas Jolly, metteur en scène de théâtre et d’opéra reconnu. Quant aux chorégraphies, elles sont l’œuvre du talentueux danseur et chorégraphe Belge  Sidi Larbi Cherkaoui. Basé sur le livret de 1978, la mise en scène de Thomas Jolly promet de plaire aux connaisseurs de l’œuvre originale, comme à ceux qui la découvriront sur scène pour la première fois, promet le metteur en scène.