Retour sur les origines du succès de Jimmy Cliff

Le - modifié le

Figure emblématique du reggae, Jimmy Cliff n’était pas destiné à devenir une star internationale. Né dans un milieu pauvre, au cœur de la Jamaïque, il a connu un destin hors du commun.

Jimmy Cliff, une naissance bien loin des paillettes

Jimmy Cliff a vu le jour le 1er avril 1948 dans la petite ville de Sainte-Catherine sur l’ile de la Jamaïque. Difficile alors d’imaginer que le petit James Chambers, son véritable nom, deviendra l’une des plus grandes stars du reggae de l’histoire. Il faut dire que son enfance n’a pas été facile. Jimmy Cliff est issu d’un milieu plus que modeste. Élevé dans une petite cabane par un père qui exerçait la profession de tailleur et par une tante, il peine à s’intégrer au système scolaire et abandonne ses études à seulement 13 ans. En revanche, il développe très tôt une fibre artistique et ne manque jamais une occasion d’assister à une pièce de théâtre ou à un concert. Jimmy Cliff se souvient parfaitement qu’à cette époque il était toisé par les personnes issues d’une classe sociale supérieure, mais son don pour le chant et la musique allait rapidement lui permettre de franchir les barrières de classes et de devenir un artiste à part entière.

Jimmy Cliff a pris son destin en main

Alors qu’il n’est encore qu’un enfant, Jimmy Cliff s’adonne déjà à sa passion du chant, mais ce n’est pas encore les rythmes reggae qui prédominent. Durant son enfance, c’est en effet vers le rock qu’il se tourne en interprétant des reprises d’artistes tels que Little Richard, Fats Domino ou encore Bobby Day. Au début des années 1960, alors qu’il est encore un jeune adolescent, il prend la décision de rejoindre Kingston, la capitale de la Jamaïque, pour y faire une carrière de chanteur. Il rencontre Count Basie et se tourne vers des rythmes ska entrainant. Il chante alors des titres tels que "I’m Sorry" ou "Daisy Got Me Crazy" pour un sound system intitulé Sir Cavalier. En 1961, avec le concours de Leslie Kong, il enregistre un premier disque et le titre "Dearest Beverley", mais surtout "Hurricane Hatty" lui permet de se faire un nom et d’être même diffusé en Angleterre, à la même période où un certain Bob Marley commence lui aussi à se faire connaitre. Tout sauf une anecdote tant les carrières de Jimmy Cliff et Bob Marley sont liées.

Départ pour les États-Unis et début de la gloire pour Jimmy Cliff

En 1964 Jimmy Cliff n’a que 16 ans lorsqu’il part en tournée à New York pour faire découvrir la musique ska au public américain. Il est alors accompagné d’artistes tels que Millie Small, Prince Buster et Delroy Wilson. C’est la première fois que Jimmy Cliff quitte son ile natale mais pas la dernière. Dès l’année suivante, il prend en effet la direction de Londres où il entame une collaboration avec le producteur Chris Blackwell. Un choix payant avec la sortie de l’album "Hard Road to Travel" en 1968, album sur lequel figure le titre "Waterfall" qui devient un succès international, le premier du genre pour Jimmy Cliff. Suivra le succès "Wonderful World, Beautiful People" qui le fait définitivement connaitre aussi bien en Europe qu’aux États-Unis. Quant à la gloire, la vraie, elle arrive en 1972 avec le film "The Harder They Come", dont il assure la bande originale et qui le met en vedette dans un rôle de criminel jamaïcain. Le monde découvre alors l’univers du reggae et pour Jimmy Cliff la vie ne sera plus jamais la même.

Lire aussi

Lire aussi

Lire aussi