Serge Gainsbourg, l'un des plus beaux poètes de la chanson française

Le

Figure incontournable de la chanson française, Serge Gainsbourg est aussi un homme qui lit. De nombreux poètes et écrivains ont joué un rôle primordial dans son œuvre. Zoom sur Serge le poète.

"Je vais essayer de rejoindre Rimbaud, je veux l’approcher"

"Je vais essayer de rejoindre Rimbaud, je veux l’approcher…" avait-il déclaré un jour. Cette phrase souligne toute l’adoration que Serge Gainsbourg avait pour Arthur Rimbaud. On se laisser facilement aller à penser que sa célèbre chanson "Elisa", écrite en 1969, est largement inspirée de l’un des poèmes de Rimbaud qu’il adorait : "Les chercheuses de poux".

"Comme dit si bien Verlaine/Au vent mauvais"

Titre incontournable de Serge Gainsbourg, écrit à la fin de l’année 1973, "Je suis venu te dire que je m’en vais" revendique très clairement sa filiation avec le poème de Paul Verlaine "Chanson d’automne". La chanson mêle les extraits du poème de Paul Verlaine mais Gainsbourg bouleverse les codes. Il métaphorise le sens premier du poème, l'automne, en une ballade aux amours flétries repoussées par le vent.

"Mais c’est très bien mon p’tit gars !"

En hommage aux "feuilles mortes" de Jacques Prévert, Serge Gainsbourg compose "La chanson de Prévert". "Mais c’est très bien mon p’tit gars !" est la phrase prononcée par Jacques Prévert lorsque Serge Gainsbourg vient lui demander l’autorisation d’utiliser son nom. Prévert signe l’autorisation. "La chanson de Prévert", titre nostalgique et délicat, rencontre un franc succès.

Lire aussi