The Beach Boys, Toto, The Eagles, The Doors, The Bangles… l’histoire du rock californien

Le

Des années 1960 à la fin des années 1980, la Californie s’est imposée comme l’une des plus grandes scènes de rock au monde. Retour sur cette riche histoire musicale, sur fond de plages et de soleil.

The Beach Boys et The Doors, les premiers héros du rock californien

La Californie, ce n’est pas seulement l’État américain des nouvelles technologies issues de la Silicon Valley. C’est aussi une terre de plages, de soleil et de musique liée à l’histoire du rock. C’est sur ces côtes magiques que naît la surf music qui prend son essor au début des années 1960. Un style et une ambiance qu’un groupe va propulser sur le devant de la scène. Ce groupe iconique, ce sont les Beach Boys, composés des frères Carl, Brian et Dennis Wilson, de leur cousin Mike Love et d’Al Jardine. C’est peu dire que le surf est une source d’inspiration pour ces rockers, comme le soulignent les titres de leurs trois premiers albums : "Surfin’ Safari" (1962), "Surfin’ USA" (1963) et "Surfer Girl" (1963). Autant d’albums qui font naître le mythe du rock californien. Ils sont bientôt rejoints par The Doors, une formation conduite par l’inoubliable Jim Morrison qui voit le jour en 1965. Ce groupe développe un style très différent, le rock psychédélique, à une période où les drogues et notamment le LSD déferlent sur la Californie. Dès leur premier album "The Doors" (1967), ils remportent un grand succès avec le titre "Light My Fire", succès qui perdure jusqu’en 1971 et le décès de Jim Morrison.

De Jefferson Airplane à The Eagles

Autre groupe mythique du rock californien, Jefferson Airplane va lui aussi porter haut les couleurs du rock psychédélique. Formé en 1965, il s’impose sur le devant de la scène grâce à des titres tels que "White Rabbit" ou Somebody to Love". L’année 1965 voit également la naissance de Grateful Dead, un groupe de rock qui va écumer les scènes mondiales pendant trente ans avec un rock mâtiné de jazz, de country et même de reggae, et des titres emblématiques tels que "The Other One" et "Dark Star". Quelques années plus tard, en 1970, une nouvelle formation californienne voit le jour : The Eagles. Le groupe ne tarde pas à faire parler de lui avec des chansons telles que "Take It Easy", "Tequila Sunrise", ou encore l’incontournable "Hotel California". Tout au long de cette décennie, The Eagles exporte le rock californien à travers le monde, avant de se séparer en 1980… pour mieux se retrouver en 1994.

Toto et The Red Hot Chili Peppers, c’est aussi ça le rock californien

Terre d’innovation, la Californie se renouvelle sans cesse, et sa scène rock ne fait pas exception à la règle. Nombreux sont les groupes à se succéder dans les charts, et, parmi eux, comment ne pas mentionner Toto. Fondé en 1976, Toto va véritablement connaître le succès au début des années 1980 avec les titres "Rosanna" et "Africa" (1982). Deux chansons issues de l’album "Toto IV" qui décroche pas moins de 28 nominations aux Grammy Awards 1983, pour six récompenses, dont celles du meilleur album, et de la meilleure chanson pour "Rosanna". La décennie 1980 voit aussi débouler un groupe de rock californien survitaminé : The Red Hot Chili Peppers. Loin du surf rock des débuts, les Red Hot proposent un cocktail détonnant aux influences rap, funk et métal, et font preuve d’une incroyable énergie sur scène. Ils signent de grands succès, tels que "Give It Away" "Under the Bridge", ou encore "Californication" qui viennent enrichir la légende du rock californien.