Le -
modifié le -

The Police, l’après-séparation

© © Kevin Mazur / Getty Images

Sting voulait voler de ses propres ailes

Jamais véritablement officialisée, la séparation de The Police peut néanmoins se dater au milieu des années 80, une période où Sting a davantage envie de cinéma et de carrière solo. Ce dernier est de plus en plus influent dans le groupe, ce qui est de moins en moins apprécié par Stewart Copeland et Andy Summers. Sting enregistre à cette époque son premier album solo "The Dream of the Blue Turtles" et joue le premier rôle dans "La Promise" ("The Bride"), incarnant Frankenstein. Stewart Copeland (avec la bande originale de "Rusty James" de Francis Ford Coppola sorti en 1983) et Andy Summers (pour sa collaboration en duo avec Robert Fripp) avaient déjà connu le succès hors du groupe. Sting prouve qu’il peut également réussir sans The Police. Sorti à l’été 1985, "The Dream of the Blue Turtles" se place numéro 2 au fameux classement américain des ventes d’albums, le Billboard 200, et numéro 3 au Royaume-Uni.

Une réunion éphémère en 1986

L'année 1985 est l’occasion de revoir les trois membres ensemble qui reçoivent une récompense aux Brit Awards, puis d’écouter Sting et Stewart Copeland au Live Aid de Wembley. L’année suivante, le public voit le groupe remonter sur scène pour jouer de la musique. À la demande d’Amnesty International dans laquelle est déjà impliqué le très engagé Sting, The Police participe également à une mini-tournée américaine de six concerts en juin 1986, aux côtés notamment de U2 et Peter Gabriel. En juillet, les trois hommes se retrouvent en studio pour un éventuel nouvel album. Mais une chute de cheval de Stewart Copeland et les tensions existantes (notamment car Sting ne souhaite pas écrire de nouvelles chansons) font qu'un seul titre est enregistré. Il s’agit du réarrangement de "Don't Stand So Close to Me", chanson sortie initialement en 1980 et qui avait remporté le Grammy Award de la meilleure prestation vocale rock par un groupe ou un duo.

Une vingtaine d’années sans quasiment se reformer

À partir de cet acte manqué, le groupe ne sera quasiment plus reformé pendant vingt ans. Andy Summers continue alors de sortir des projets musicaux, en solo ou avec d’autres artistes. Stewart Copeland écrit de nombreuses musiques de films, dont celle de "Wall Street" (1987) d’Oliver Stone et de plusieurs longs-métrages de Ken Loach. Quant à Sting, il devient une star interplanétaire en signant des hits comme "Englishman in New York", "It's Probably Me", "Fields of Gold" et "Shape of My Heart". Durant ces deux décennies, les trois hommes se retrouvent tout de même à l’été 1992 pour le mariage de Sting avec Trudie Styler. Puis, ils jouent ensemble trois de leurs plus grands classiques lors de l’introduction du groupe au Rock'n'Roll Hall of Fame en 2003 : "Roxanne", "Message in a Bottle" et "Every Breath You Take". La performance de cette soirée laisse alors penser qu'une reformation est possible, réunion qui interviendra en 2007.