Un 14 juillet disco !

Tubes des années 70-80 et boule à facettes géante sous la Tour Eiffel, le feu d'artifice parisien du 14 juillet, admiré par plusieurs centaines de milliers de spectateurs, a illuminé la capitale au son du disco

© Nostalgie
Tiré depuis les jardins du Trocadéro, le feu d'artifice aux couleurs fluo a démarré peu avant 23h et éclairé le ciel pendant 35 minutes, au son de Boney M , Donna Summer , ABBA, ou encore les Bee Gees.

Sous "la maîtresse de la Tour Eiffel", boule à facettes géante composée de 1200 miroirs, création de l'artiste Michel de Broin, la foule a chanté, filmé, applaudi et poussé les "waouh" admiratifs de rigueur. Du rose, du turquoise, du rouge vif, du vert, du mauve, de l'or, de l'argent..., les couleurs explosaient non-stop, le rythme des feux suivant celui de la musique.

"Absolutely beautiful! I love it" (absolument magnifique! j'adore!), lançaient dans la foule Nicole et Ashley, 24 et 17 ans, deux soeurs de Los Angeles, qui se prenaient en photo devant la Tour Eiffel scintillante. "On a aimé, la musique, et c'était beau!", José, Manuela et leur fille Clara.
Un temps clément

La création artistique du spectacle pyrotechnique était assurée, pour la troisième fois, par Jean-Eric Ougier, maître artificier de la société Fêtes et Feux, qui a également été en charge, entre autres, de la direction artistique du Grand Feu de Saint-Cloud, ou des Nuits de Feu de Chantilly.

Dès le début de la soirée, les spectateurs, jeunes, familles, beaucoup de touristes, avaient commencé à se rassembler sur le Champ-de-Mars, s'asseyant sur l'herbe, pendant que les centaines de policiers mobilisés fouillaient les sacs et veillaient.
Après des jours d'une météo exécrable, le temps s'est montré clément samedi sur Paris, tant pour le défilé de la matinée que pour le bouquet final du feu d'artifice.