Paroles "Les Chemins De Traverse" - Francis Cabrel

Moi je marchais les yeux par terre
Toi t'avais toujours le nez en l'air
Et c'est comme ça qu'on s'est connu

On avait chacun sa guitare
On était pas loin d'une gare et
C'est le hasard qui l'a voulu

Et tu m'as dit, quand leurs ailes sont mortes
Les papillons vont où le vent les porte
On a pris le premier chemin venu

Et quand la nuit est tombée
Sur la voie ferrée
On était bien loin de la ville
On entendait que les notes
Et le bruit de nos bottes
Sous la pleine lune immobile

On a traversé des semaines
Comme de vraies fêtes foraines
Sans même penser au retour

On s'est perdu dans les nuages
Comme les oiseaux de passage
À suivre les filles d'un jour

Et pour ne pas que les fous nous renversent
On prenait les chemins de traverse
Même s'ils ne sont jamais les plus courts

Et quand la nuit tombait
Sur la voie ferrée
On était bien loin de la ville
On entendait que les notes
Et le bruit de nos bottes
Sous la pleine lune immobile

Quelquefois je me souviens
Ceux qui nous ont lâché les chiens
Et jeté des pierres au visage

Ils n'ont rien empêché quand même
Puisque le seul métier qu'on aime
C'est la bohème et le voyage

Et quand la nuit va tomber
Sur la voie ferrée
On sera bien loin de ta ville
Et on entendra que les notes
Et le bruit de nos bottes
Sous la pleine lune immobile, hé

Sous la pleine lune immobile
Sous la pleine lune immobile

Lyrics © Warner/Chappell Music, Inc., WARNER CHAPPELL MUSIC FRANCE

Francis Cabrel

Francis Cabrel - Les dernières vidéos