Décès d'Henri Salvador

Les obsèques du chanteur, qui s'est éteint mercredi à 90 ans à la suite d'une rupture d'anévrisme, se dérouleront samedi en l'église parisienne de la Madeleine.

" Faut rigoler "... C'était la devise d'Henri Salvador qui effectue d'ailleurs des premiers pas sur scène en qualité d'humoriste quelques années seulement après son départ de Cayenne et son arrivée en Métropole. Après avoir découvert le jazz au rythme d'Ellington et d'Armstrong, il devient un as de la guitare. Ce qui lui vaut d'être engagé par Reinhardt comme accompagnateur dès 1935.


Les débuts de l'artiste


Au début des années 40, repéré par Ventura, il se produit en Amérique du Sud. A la fin de la seconde guerre, il crée son propre orchestre. S'appuyant sur sa notoriété grandissante, l'artiste sort son premier album " Maladie d'amour ", en 1947. Il devient un habitué des hits parade avec " Une chanson douce ". C'est à cette période qu'il rencontre Vian, avec qui il composera 400 titres, alliant la causticité, le rock and roll ou encore le blues, comme dans " La blouse du dentiste ".

 Sous son label Rigolo, il sort de nombreux autres titres, au milieu des années 60, " Zorro est arrivé " ou " Le travail c'est la santé ". Un succès qui ne se dément pas sur scène, de Bobino au Palais des Congrès, où il interprète en 2004 certaines des chansons de son album " Chambre avec vue ", signé notamment par Karen Ann et qui devait marquer quatre ans plus tôt son grand retour. En 2006, il sort un ultime album, "Révérence".


Une carrière conséquente


Artiste inépuisable, au rire inimitable, il se produisait encore sur la scène parisienne du Palais des Congrès en décembre dernier. Au chapitre des réactions, qui abondent évidemment, Line Renaud salue : " un parcours de vie extraordinaire ", poursuivant : " Il était la joie de vivre.

Maintenant, il va faire chanter les anges ". Régine, de son côté, pleure : " Un ami formidable qui s'en va. Il m'a écrit mes premières chansons. Henri était tellement gai, drôle avec jamais un mot plus haut que l'autre ". Chantal Goya, pour sa part, a expliqué " Il m'a tout appris: son professionnalisme, son rire, sa joie de vivre... Il va manquer à tout le métier.
 

Des refrains éternels


C'est l'un des derniers grands. C'était un très grand musicien de jazz. Avec Carlos, ils vont bien s'amuser là-haut ". Michel Drucker a, lui, indiqué : "Derrière ce rire tonitruant, il y avait un homme extrêmement timide. Il a lancé le rock et la bossa nova en France ". Enfin, Nicolas Sarkozy a affirmé "Ses refrains et sa voix de velours inimitable continueront à nous bercer, encore longtemps".

Henri Salvador - Les dernières actus