Paroles "Le temps passe" - Johnny Hallyday

Mes baskets blanches, mes locks, l'encre a coulé comme le Trois Rivières
Au fond des blocs, enfants des îles, fils d'une classe ouvrière
L'idole des jeunes, Doc restera le même de Porte de la Chapelle, aux ondes hertziennes

À l'heure où le monde se bouscule
Je repasse ma vie à l'envers
J'en ai fait des rêves, des calculs
J'ai jamais voulu vraiment me laisser faire (jamais, jamais, jamais, jamais)

Et le temps passe, non je ne regrette rien (non rien de rien, je ne regrette rien)
Rien ne s'efface, mon destin me ressemble bien (nos rêves, nos poings ont guidé nos refrains)
Et le temps passe, pourtant, je ne regrette rien (non rien de rien, je ne regrette rien)
La moindre trace, je l'ai bâtie de mes mains (mes rêves, nos poings, ont guidé nos destins)

Mes baskets blanche, mon RER, l'encre a coulé dans ma carrière
À temps plein, viser le haut, contemple mon temple est légendaire
Mon air A.M.E.R, mon teint, mes rêves sont restés les mêmes
J'ai tant porté le flambeau, représenté l'honneur des miens

Mes baskets blanches, ma grande gueule, de l'encre sur les mains
Mon stylo était meurtri et coupable ennemi numéro un
Entre merde et pertes blanches, j'ai le goût pour la revanche
Boxeur, breakeur, rappeur, acteur, attitude franche

J'ai chanté les Hommes, leurs désirs
Les destins fragiles et l'amour (je suis né dans la rue)
On a voulu que j' tombe sur place
Moi, j'ai souvent fait face et je combats toujours (le combat continue)

Et le temps passe, non je ne regrette rien (non rien de rien, je ne regrette rien)
Rien ne s'efface, mon destin me ressemble bien (nos rêves, nos poings ont guidé nos refrains)
Et le temps passe, pourtant, je ne regrette rien (non rien de rien, je ne regrette rien)
La moindre trace, je l'ai bâtie de mes mains (mes rêves, nos poings, ont guidé nos destins)

Dis l'heure de Hip Hop Rock
Des burnes dans le froc
Fusion guitares et pe-ra pour civils et colboques
Ministère, Johnny
Aussi burnés qu'un keuf sous Sarkozy
Liberté dans ma musique et l'savoir comme Uzi
Baskets blanches et blousons noirs, génération, manque d'espoir
Exempté de conneries, que ce gardien me foute la paix
Lascars abandonnés, j'ai le rêve des cités dortoirs
Mon rap tout-terrain, mon R.T.T, c'est ça qui est la vérité

L'être humain porte en lui le meilleur (ouais)
Je sens encore le poids de mes erreurs, de mes erreurs (ouais)
Le pire a si souvent été là
La peine guidait mes pas mais je la garde au fond de moi (jusqu'au dernier souffle)

Et le temps passe, non je ne regrette rien (non rien de rien, je ne regrette rien)
Non, rien ne s'efface, mon destin me ressemble bien (nos rêves, nos poings ont guidé nos refrains)
Et le temps passe, pourtant, je ne regrette rien (non rien de rien, je ne regrette rien)
La moindre trace, je l'ai bâtie de mes mains (mes rêves, nos poings, ont guidé nos destins)

Et le temps passe, non je ne regrette rien (Ministère A.M.E.R, Johnny Hallyday)
Rien ne s'efface, mon destin me ressemble bien (nos rêves, nos poings ont guidé nos refrains)
Et le temps passe, pourtant, je ne regrette rien (non rien de rien, je ne regrette rien)
La moindre trace, je l'ai bâtie de mes mains (mes rêves, nos poings, ont guidé nos destins)

Mon rock est sombre, mon rap est profond
Sex comme une langue sur un téton
Dur comme les blocs de béton
Yeah, dis-leur de hip-hop (rock) dis-leur de hip-hop rock

Lyrics © Peermusic Publishing, Warner/Chappell Music, Inc.

Charles Dumont, Michel Vaucaire, Bernard Arcadio, Passi Pari Balende, Guillaume Dahan, Gilles Duarte, Julia Fajerman, Anthony Gouin-Tamburro, Patrick Marconcini

Johnny Hallyday - Les dernières vidéos