Les mêmes matins d'hiver, les mêmes yeux mal ouverts
Les mêmes maîtresses
Les mêmes genoux griffés pour se trouver à l'arrivée, la même maîtresse
On se répétait sans cesse

Amis, amis, contre tous les coups du sort de la journée, on sera deux
Amis, amis, à la vie comme à la mort, plus emmêlés que nos cheveux

Quand trop vite on a grandi, on se retrouve transi loin des jeux de bille
Sous nos boutons de malheur à se torturer le cœur pour la même fille
Est-ce assez pour qu'on oublie?

Amis, amis, on a le sens de l'humour quand sont trop lourds ces chagrins-là
Amis, amis, à la vie comme à l'amour, chacun son tour les portera

Tant d'histoires partagées, de coups de cœur échangés d'amour et d'insulte
Pour ne pas s'apercevoir qu'on est dix ans sans se voir dans tout ce tumulte
Pour se retrouver adulte

Amis, amis, on n'a plus rien à se dire, on a fini par arriver
Amis, amis, doucement à devenir deux abrutis, deux étrangers.