Zoom sur le procès des fausses chansons de Michael Jackson

Comportant 10 titres, l’album"Michael", sorti à titre posthume, de la méga star Michael Jackson, a débouché sur un procès totalement inattendu, trois des chansons étant l’œuvre d’un imitateur.

Zoom sur le procès des fausses chansons de Michael Jackson © © KMazur / Getty Images

"Michael", l’album posthume de Michael Jackson

Le 25 juin 2009, une nouvelle fait le tour de la planète à une vitesse effarante. À la une de tous les journaux, une information : Michael Jackson est mort ! Un décès au retentissement incroyable pour un chanteur. Il faut dire que Michael Jackson n’est pas n’importe qui. Dès ses débuts en compagnie de ses frères, au sein de la formation des Jackson Five, le garçon capte l’attention du public. Ses talents de chanteur, mais aussi de danseur en font rapidement la coqueluche des fans. La suite de sa carrière, en solo, ne fera que renforcer sa renommée. Très vite surnommé le roi de la pop, Michael Jackson est tout simplement considéré comme le plus grand de tous les temps. À côté de lui, même d’autres mythes tels que Madonna ou Elvis Presley n’arrivent pas à son niveau. Il faut dire qu’avec plus de 350 millions d’albums écoulés dans le monde il s’est imposé comme un vendeur de disques incroyable. C’est donc sans surprise qu’un an après son décès, le label Sony Music sort un album posthume de 10 titres, dont 9 inédits, intitulé "Michael ".

La polémique concernant "Michael" ne tarde pas

Comme prévu, cet album posthume est un immense succès commercial. Aux quatre coins de la planète les fans se ruent chez leur disquaire pour se procurer le précieux opus. Les ventes se comptent en millions et "Michael" sera le disque le plus vendu de l’année. Tout sauf une surprise. Mais ce qui était moins attendu, c’est la polémique qui allait pointer le bout de son nez. Très rapidement, certains fans se posent des questions et émettent des doutes concernant l’identité du chanteur sur trois titres, en l’occurrence "Monster", "Keep Your Head Up" et "Breaking News". Pour eux, la voix enregistrée n’est pas celle de Michael Jackson mais bien celle d’un imitateur. Même certains membres de la famille du roi de la pop font part de leur suspicion, à l’image de sa sœur La Toya Jackson. La polémique enfle, mais rien ne se passe, jusqu’à ce qu’une fan dépose plainte en 2014.

De la polémique au procès

Parmi les fans de Michael Jackson Vera Serova n’a pas supporté l’imposture et après avoir constitué un dossier, a décidé de porter l’affaire devant les tribunaux. Elle a ainsi porté plainte contre Sony Music, mais aussi les deux producteurs de l’album : Eddie Cascio et James Porte, sans oublier la société de production d’Eddie Cascio. Pour Sony Music et les personnes incriminées l’affaire est plus qu’importante au vu de la notoriété de Michael Jackson et des millions de fans qui s’insurgent. Les démentis ne tardent pas à pleuvoir et durant de longs mois Sony Music nie toute implication d’un imitateur. Une défense qui finit par se lézarder au fil d'une très longue procédure. Ainsi, en août 2018, Sony Music reconnait que "Monster", "Keep Your Head Up" et "Breaking News" sont des chansons qui n’ont jamais été interprétées par Michael Jackson. Scandale ! Mais un scandale qui se finit plutôt bien pour la maison de disques qui ne sera finalement pas condamnée par la justice américaine, au grand regret de nombreux fans.

Michael Jackson - Les dernières actus