Paroles Dix Ans Plus Tôt

Le - modifié le - Par .

S'il y a des mots
Qui t'ont fait pleurer, mon ange,
Et d'autres qui t'ont révoltée,
S'il y a des idées quelquefois qui dérangent,
J'en ai qui font danser.

Te souviens tu d'un slow,
Dix ans plus tôt,
Déjà dix ans.
Tu voulais m'épouser.
Quelle drôle d'idée.
Tu n'avais pas quinze ans.

Tu voulais faire l'amour.
Comment fait-on l'amour?
J'n'étais pas un géant.
J'étais plutôt gêné.
Quelle drôle d'idée!
Danser c'est suffisant.

Je n'sais plus comment finissait la chanson.
J'ignorais qu'elle avait un nom.
C'était la chanson du bonheur
D'un vieil amant compositeur.

J'aime bien les histoires
Qui me font boire
Sans désespoir,
Les mélodies carrées
Qui font danser,
Qui font aimer la vie.
J'aime aussi, sur le tard,
Un piano bar
Qui meurt d'ennui,
Tous les disques oubliés
Qui font penser
Qu'on a déjà vieilli.

Je n'sais plus comment finissait la chanson.
J'ignorais qu'elle avait un nom.
C'était la chanson du bonheur
D'un vieil amant compositeur.

Te souviens tu d'un slow,
Dix ans plus tôt,
Déjà dix ans
Tu voulais m'épouser.
Quelle drôle d'idée.
Tu n'avais pas quinze ans.

Tu voulais faire l'amour.
Comment fait-on l'amour?
J'n'étais pas un géant.
J'étais plutôt gêné.
Quelle drôle d'idée!
Danser c'est suffisant.

Te souviens tu d'un slow,
Dix ans plus tôt,
Déjà dix ans
Tu voulais m'épouser.
Quelle drôle d'idée.
Tu n'avais pas quinze ans.

Tu voulais faire l'amour.
Comment fait-on l'amour?
J'n'étais pas un géant.
J'étais plutôt gêné.
Quelle drôle d'idée!
Danser c'est suffisant.

Lyrics © Universal Music Publishing Group

JACQUES ABEL JULES REVAUD, MICHEL CHARLES SARDOU, PIERRE JEAN MAURICE BILLON