Biographie Murray Head

Murray Seafield Saint George Head Né(e) le 5 mars 1946 (73 ans)

Sa biographie

Chanteur, auteur et acteur, Murray Head se distingue avec un succès égal dans ces trois disciplines, depuis ses débuts au milieu des années 60.
Francophile, celui qui s'est imposé dans le monde "One night in Bangkok" ou encore "Never even thought" a également chanté "Rien n'est écrit" et "Un homme, une femme".

Un premier contrat à 17 ans

Après un passage par le lycée français de Londres, Murray Head , dont le père est producteur ainsi que réalisateur et la mère actrice, signe un premier contrat avec une maison de disques alors qu'il n'a que dix-sept ans.

Mais c'est en qualité d'acteur que l'artiste effectue ses vrais débuts, en Angleterre toujours, dans les films : "The Family Way" (1966) de Roy Boulting, "Sunday Bloody Sunday" (1971) de John Schlesinger (1971).
Francophile, il tourne dans le film "La Mandarine" (1972) d'Edouard Molinaro. Il apparaît également dans des comédies musicales : "HAIR" et "Jesus Christ Superstar".

Say it ain't so Joe

Dans le même temps, il sort un premier album "Nigel Lived" (1972), qui ne rencontre pas le succès escompté.
Pour autant, en 1975, l'ex Yardbirds et producteur de Cat Stevens, Paul Samwell-Smith, lui offre d'enregistrer : "Say it ain't so Joe". Face au succès de cet album, suivent "Between Us" (1979), "Voices" (1981), "Shade" (1983), "Restless" (1984).

One Night In Bangkok

En 1985, retour à la comédie musicale avec Benny Andersson, du groupe suédois Abba, qui lui confie le rôle principal dans "Chess". Son titre, "One Night In Bangkok", connaît un très large succès en particulier aux Etats-Unis et en France également.

En 1994, après un nouvel aparté au cinéma, l'artiste revient à la faveur d'un disque écrit par Luc Plamondon et destiné aux Québécois. Les titres "Comme des enfants qui jouent" ou encore "Une Femme, un homme" lui apportent le succès.

Un an plus tard, c'est la sortie en France de "Pipe Dreams" sur lequel le chanteur interprète "India Song" tiré du roman de Marguerite ainsi que des chansons celtiques.
Après avoir travaillé sur le scénario "Les enfants du siècle" de Diane Kurys, sorti en 1999, il enregistre cinq ans plus tard quatre titres dont une version de "Never Even Thought", "Make It Easy", en duo avec sa fille, "FAIR And Tender Maidens", une adaptation d'un chant traditionnel celte, et "Will You Still Love Me Tomorrow", la reprise d'une ballade de Carole King. Des chansons qui figurent sur sa compilation qui sort 2005.

Rien n'est écrit

Deux ans plus tard, Murray Head s'offre un "Tête à Tête" avec le public français. Un album qui débouche sur une tournée qui le conduit dans plusieurs villes de France, notamment à Paris en novembre 2008. La même année, c'est la sortie de son album "Rien n'est écrit".

Depuis, Murray vit mille vies, comme acteur dans une vingtaine de films et autant de séries télé, auteur de bandes originales (dont deux pour Edouard Molinaro), écrivain (son autobiographie « En Passant » est sortie en 2011) et toujours chanteur, dans des comédies musicales, sur disque ou en live.

En 2012, il rend hommage à ses idoles avec « My Back Pages » où il reprend notamment Bob Dylan, les Who et Roxy Music.
En 2017, la ressortie de « Nigel Lived », son album culte des seventies, lui donne l’envie de proposer à son public une rétrospective de sa carrière, entouré de musiciens virtuoses dont le génial guitariste Phil Palmer ainsi que le violoniste Geoffrey Richardson, la bassiste Jennifer Maidman, le saxophoniste Harry Fausing Smith et le batteur Ally McDougal.

Murray Head sera de retour à l’Olympia le 28 mars 2020.

Ses vidéos