Paroles Dieu merci

Le - modifié le - Par .

Salut mon vieux, tu m’reconnais?

Mon père a attendu d’me voir à la télé pour me passer un coup d’fil
Mais t’étais où pendant la cour? J’me suis cassé les coudes
J’compte même plus les années qu’on a passé à souffrir
J’me dis qu’on aurait p’t-être même dû lui arracher les couilles
J'ai plus rien à perdre vu qu’maman a déjà tout perdu
Viens, on va s’détendre, on va jouer à la roulette russe
Ces moments font du mal au fond du crâne, apparemment
T’as oublié qu’maman n’oublie pas toutes les violences conjugales
Ça finissait dans la lueur des gyrophares
Mon rêve, c'est de devenir son pire cauchemar
Quel mythomane, tant pis si ça vire au drame
Au calme, j'crois qu'on va passer du rire aux larmes
Ta vie était un désastre
Tu fermes les yeux, t'as laissé filer un sésame
Ta vie était impeccable mais t'as fui
Et t'as vu que ta bitch était ingérable
J'chante cette chanson assis dans l'herbe
J't'ai presque jamais vu, comme la pension alimentaire
Allez, menteur, vas-y, enterre-toi
T'auras beau crier à l'aide, t'iras en enfer
Vu qu'tu t'es jamais occupé d'moi, j'crois
Qu'j'vais laisser le bon Dieu s'occuper de toi
Ce sera encore pire, tu pourras pas l'endormir
Et si tu penses t'en sortir, c'est que t'as trop fumé je crois
Avec l'alcool et la drogue, il s'est du-per
Il pensait avoir les idées plus claires, super
Chez nous y'avait souvent les autorités
C'était risqué, maman était en situation irrégulière
C'est dur, frère, sans le daron de faire du blé
T'aurais pu abréger nos souffrances mais tu préférais faire durer
J'crois qu'j'suis perturbé, sans salaire c'est l'expulsion
Dans la tête, c'est destruction
Impossible de khalass le loyer
On voyait la paperasse nous noyer
Y'avait personne, notre tel c'était un bordel
Ça mettait ma mère hors d'elle, on a vécu au tel-hô
J'étais petit, le pire c'est que j'trouvais ça mortel
Ta pute, j'appellerai jamais ça une belle-mère
T'abuses, tu nous as vraiment dégoté une belle merde
J'ai vu la lâcheté d'un homme dans les yeux d'mon père
Pour ton avenir, sache que les jeux sont faits
Pour moi, t'es déjà mort, le processus est lancé
Pourquoi veux-tu que j'le désamorce?

Tu peux crever devant moi, j'te mens pas
Je ferai comme si je ne voyais rien
Je peux crever devant toi, ne mens pas
Tu ferais comme si tu ne voyais rien

Parfois, j'ai des pensées macabres
Le genre de pensées où j'suis censé t’abattre
J'traîne une immense haine
Quitte à prendre dix ans ferme, j'vais lui faire vivre l'enfer
Tu peux dire que c'est lassdeg mais
Ton père aurait dû mettre le truc en latex, ouais
Tu sais, parfois la vie est décevante
Le succès est la meilleure des revanches
Il mériterait encore des droites
Je pense qu'il s'en mord les doigts
Pour moi ça baigne, j'l'aime, donc j'remercie l'Seigneur
Qu'il se plaigne, j'trouve qu'c'est un exercice périlleux
Excès d'dignité, instinct animal
J'tiens ça d'Fatima, c'est pas si mal, essaye d'imiter
Heureux qu'il nous ait lâchés, j'prends ça comme un présent
Mon père était un raté, ma mère restera un exemple
Ma mère restera un exemple
Ma mère restera un exemple

Tu peux crever devant moi, j'te mens pas
Je ferai comme si je ne voyais rien
Je peux crever devant toi, ne mens pas
Tu ferais comme si tu ne voyais rien

Tu t'es pas vraiment gêné pour mettre en plan tes enfants
On pourra jamais faire semblant de s'entendre
Semblant de s'entendre

Lyrics © BMG Rights Management

Mohamed Khemissa, Matthieu Tomasina