Paroles Station quatre septembre

Le - Par .

On s'est connus un matin station quatre septembre
Reconnus dès le lendemain pour aller boire un café ensemble
On en a fait du chemin, du moins il me semble
Depuis le premier verre de vin au dernier baiser sans la langue
On a connu les arrières cours, les frimas de décembre
Les ingénues qui portent court, qui font du pied aux pieds-tendres
Les nuits moites allongé sur le coco et la cendre
Le vin chenu, la misère nue mais quel bonheur ensemble

Même au siècle prochain j'en parlerai encore
Même au siècle prochain j'en parlerai encore
Même au siècle prochain j'en pleurerai encore
Même au siècle prochain j'en pleurerai encore

On s'est perdus un matin station quatre septembre
Éperdus, ivres de ce vin qui vous fait les yeux en amandes
On a rasé quelques murs, toi levé quelque jambes
Eu des pensées bien saugrenues, dire adieu à ces grands ensembles
Adieu nuits tendres, adieu caresses, adieu lait à l'amande
Adieu relative allégresse de prendre un café ensemble

Même au siècle prochain j'en parlerai encore
Même au siècle prochain j'en parlerai encore
Même au siècle prochain j'en pleurerai encore
Même au siècle prochain j'en pleurerai encore
J'en pleurerai encore

Même au siècle prochain j'en parlerai encore
Même au siècle prochain j'en parlerai encore
Même au siècle prochain j'en pleurerai encore
Même au siècle prochain j'en pleurerai encore
Même au siècle prochain
Même au siècle prochain, j'en pleurerai encore

BENJAMIN BIOLAY