La musique noire source du disco

A la fin des années 70, le disco, semblant surgir de nulle part, va révolutionner la musique. En réalité il était déjà là !

Influence disco © Nostalgie
Entre 1975 et 1979, la soul elle-même ne semble plus en phase avec les aspirations de la société noire américaine qui, grâce notamment aux effets de la politique de l'affirmative action, aura davantage changé en dix ans que dans le demi-siècle précédent. L’esprit communautaire que l’on retrouve dans le Motown sound à détroit ou le southern soul à Memphis va peu à peu s’évaporer pour s’ouvrir. Ces changements se muent en différents courants successifs comme le disco. À peu d’exceptions près, comme James Brown , les grands noms de la soul disparaissent des ondes et se replient sur une clientèle locale, souvent sudiste, et n'enregistrent plus que pour de petits labels indépendants (La Jam, Malaco, Ichiban...). Le Sud restera fidèle à ce qu'on appelle aujourd'hui soul blues. Petit tour d’horizon d’une musique revendicatrice devenue universelle. 
Les productions Stax et Tamla Motown ont, elles, commercialisé la soul musique.    

Nous sommes à la fin des années 50, le communautarisme musical bat son plein musicalement. Pour autant, deux des maisons de disques les plus influentes : Stax, basée près de Memphis, et Tamla Motown, installée à Detroit, entendent bien commercialiser et populariser auprès d'un public " blanc " la musique " noire "...

La soul musique est née. Un genre qui mêle le gospel et les rythmes, pour le moins saccadés, du ryhtm and blues... L'étymologie même du mot " soul ", traduisez par " âme " voire " sincérité "  ou " authenticité " en argot, indique la symbiose entre l'âme et la voix de l'interprète.


Le succès de la soul revient naturellement avant tout à ses interprètes.  

Il y a Ray Charles d'abord et ses ballades qui passent pour du pur gospel, dont le message spirituel aurait été évincé. Le chanteur est le premier à faire apparaître le terme de " soul "  dans les titres de deux de ses albums en 1961. Pionnier également Otis Redding qui achève de populariser la soul musique en particulier auprès d'un public européen.

L'âge d'or de la soul musique c'est également avec Salomon Burke, Aretha Franklin naturellement, Sam Cooke , Wilson Pickett , Sam and Dave Percy Sledge , les Supremes, les Temptations, les Four Tops, ou encore Smokey Robinson . Par la suite, des artistes comme James Brown font largement évoluer la soul music. Sous la coupe du " parrain de la soul ", les morceaux vont se faire plus " cuivrés " et le rythme plus soutenu pour glisser vers le funk.


" Soul man ", " Sweet soul music ", " What is soul"

Au milieu des années 60, les titres comme " Soul man " de Sam & Dave, " Sweet soul music " d' ArthurConley , ainsi que " What is soul " de Ben E. King deviennent des emblèmes de cette soul musique.
Durant les années 70, le terme de " soul ", quelque peu galvaudé, retrouve, jusqu'à la fin de la décennie, de son authenticité avec des artistes comme Al Green , Isaac Hayes ou bien Harold Melvin .

Enfin dans les années 90, alors que la dance prend le pas sur la soul, des noms comme Tina Turner ,Whitney Houston , ou Mariah Carey perpétuent l'esprit soul.

Nostalgie - Les dernières actus des années 70