Jean Patrick Capdevielle

Jean Patrick Capdevielle Né(e) le 19 décembre 1945 (70 ans)

Sa biographie

Journaliste avant d'être chanteur

Adolescent, il rêve de célébrité, il voulait devenir comme Elvis Presley . Sans le faire savoir à ses parents, il s'offre une guitare et des blousons au style d'Elvis Presley . Plus tard dans sa jeunesse il est influencé par la culture hippy et part en cheveux longs sur les routes avec un sac à dos.

Souhaitant qu'il embrasse d'autres métiers que celui d'artiste ou de chanteur, ses parent l'orientent dans des études de médecine et de sciences économiques mais il passera plus de temps au cinéma qu'aux cours.

Il se sentira plus à l'aise dans le journalisme et commence à travailler au sein de SuperHebdo, Mademoiselle âge tendre, Salut les copains et Actuel. Au fil du temps, il deviendra même directeur artistique.

Il commence à penser sérieusement à la carrière musicale dans les années 1960 après son voyage aux États-Unis. Il était alors à Londres et fréquentait Eric Clapton , le bar Speak Easy où il pouvait rencontrer les Beatles, Jimi Hendrix, les Rolling Stones et d'autres rockers anglais.

Il voulait alors devenir rocker mais s'apercevant du climat musical français de cette époque où faire du rock était assez risqué, il abandonne tout de suite cette idée.

Après les va-et-vient entre Londres et Paris il décide de s'établir à Ibiza où il se consacre à la peinture.

Au bout de quelques temps, il s'en lasse et se met à composer ses premières chansons. Il décide alors de retourner en France. C'est ainsi qu'en 1978, il enregistre son premier 45 tours intitulé « Solitude » au style reggae.


Ses premiers succès musicaux et ses essais dans le cinéma

Remarqué par la maison de disques CBS, il signe avec eux en 1979 et se lance dans le rock, contre-courant oblige. Il enregistre alors son album « Les enfants des ténèbres et les anges de la rue ». Le succès est assuré grâce au single « Quand t'es dans le désert ».

« Les enfants des ténèbres et les anges de la rue » est sacré album de platine et est vendu à 450 000 exemplaires en peu de temps.

Les concerts se succèdent alors de 1980 à 1982. Dans le même temps Jean-Patrick Capdevielle n'arrête pas de composer.

Les albums s'enchaînent jusqu'en 1985. Citons ainsi « Deux » sorti en 1980 et celui titré « Le long de la jetée », en 1981.

Puis, pour faire face aux critiques de rock français, il enregistre en 1982 l'« Ennemi public » suivi en 1983 par le double album live « Dernier rappel ». Deux autres albums sortent encore en 1984 et 1985.

A ce stade de sa vie, l'auteur-compositeur et interprète veut s'essayer au cinéma. D'ailleurs il se met à écrire quelques scénarios et à partir de 1985, on le voit à la télévision animer une émission de variétés sur France 3 intitulée « Les Totems du Bataclan ».

Il va même plus loin puisqu'en 1986, il se met à jouer dans le téléfilm « L'énigme des sables » de Philippe Vallois avec Marie-Christine Barrault.

En 1988, il écrit le tube « Traces » pour Linda William et participe à la chanson collective « Liban » avec plusieurs artistes tels que Gilbert Montagné, Gérard Lenorman, Gold, Jeanne Mas , Didier Barbelivien, Yves Duteil, François Valery et bien d'autres.

Il produit plusieurs œuvres musicales et retourne à Ibiza où il retrouve ses pinceaux. Là, il monte une société de production cinématographique nommée Cadrages avec son ami Paco Rabanne. Il assure alors la production d'un documentaire et du long-métrage « Salaam Bombay ».


Retour à la musique

Toujours en 1988, souhaitant renouer avec ses racines musicales, il sort un album « Nouvel âge », fruit de sa collaboration avec Romano Musumarra, compositeur de Stéphanie de Monaco et Jeanne Mas .

Pour la réalisation de cet album, il a dû renoncer à fréquenter l’Institut de cinéma californien, où il fut admis. Jean-Patrick Capdevielle admet que son monde est surtout celui de la musique.

Il enchaîne alors en 1990 avec l'album « Vue sur cour », puis « Vertigo » en 1992 et la compilation « Politiquement correct » signé sur le label Sony Music en 1995.

La même année, il interprète « Politiquement correct » dans l'émission Taratata de Nagui et se met en duo avec Thiefaine pour chanter « Don't think twice it's alright ».

Comme il aime l'opéra, il compose de 1997 à 1998 l'album « Carmine meo » pour Emma Shapplin. Chanté en italien du moyen âge, l'album est un immense succès international, avec 17 disques de platine et plus de 39 disques d'or.

S'inspirant de la légende de l'Atlantide, il poursuit en 2001 avec l'opéra néoclassique « Atylantos », qu'il dédie aux artistes italiens: Jade Laura d'Angelis, Chiara Zeffirelli, Nikola Todorovitch et Elena Cojocaru.

Six ans plus tard, il revient sur scène avec son album « Hérétique 13 » signé 0+ Music et écrit six chansons pour l'album 2007 de Johnny Halliday.

Outre la carrière artistique, Jean-Patrick Capdevielle est un père « extrêmement enthousiaste et chauvin » pour ses trois fils que l'on voit apparaître dans son clip « Celle qui t'aimait ».