Biographie Neil Diamond

Neil Leslie Diamond Né(e) le 24 janvier 1941 (75 ans)

Sa biographie

Auteur-compositeur

Neil Leslie Diamond voit le jour le 24 janvier 1941, à Coney Island. Il est né d'un père juif et d'une mère russo-polonaise tous deux commerçants. Il s'intéresse très jeune à la musique et compose ses premières Chanson s à l'adolescence. Le jeune Neil Diamond travaille sa vocalise en solo et au sein de la chorale de son école, où il côtoie une certaine Barbra Streisand .

En parallèle à ses études de médecine, il travaille au sein d'une maison d'édition, en tant que compositeur. Il débute une carrière solo en 1962 et signe chez Columbia Records, après quelques tentatives infructueuses avec son copain de fac, Jack Packer.

Mais le succès n'étant pas encore au rendez-vous, Neil Diamond est viré par son label et décide de suivre des études de commerce qui n'aboutiront pas à grand chose. Par la suite, il est embauché chez le label Brill Building et compose des tubes pour de grands noms de la Chanson , dont « Sunday and me » en novembre 1965 pour Jay and the America ns ou encore le désormais très célèbre « I'm a believer » pour The Monkees.

« I'm a believer » est proclamée Popular Music Song de l'année 1966 et propulse Neil Diamond au rang de grand auteur-compositeur.

Après plusieurs autres tubes concluants, Neil Diamond décide de se poser à son nom et d'ouvrir son propre local. Grâce aux succès de ses précédentes compositions, il est très vite sollicité par Elvis Presley, Deep Purple, Cliff Richard , pour lesquels il compose respectivement « Sweet Caroline », « Kentucky woman », « Solitary man » et beaucoup d'autres hits à succès.


Chanteur

L'année 1966 marque le coup d'envoi de sa carrière de chanteur, lorsqu'il signe chez le label Bang Records, une filiale rattachée à Atlantic Records. Son premier enregistrement sera « Solitary man », qui deviendra très vite son premier tube majeur.

Fort du succès de ce premier essai, il enregistre ensuite « Cher ry, Cher ry », « Do it », « Kentucky woman », « Thank the Lord for the night time » ainsi que plusieurs autres singles. Dans la même année, il sort son premier album intitulé « The feel of Neil Diamond », après avoir assuré un grand nombre de premières parties.

L'année d'après, il enchaîne avec l'opus « Just for you ». Par la suite, il tente de résilier le contrat qui le lie à Bang Records et de signer auprès d'un autre label, ce qui entraînera une série de démêlés judiciaires.

En 1968, Neil Diamond signe chez MCA Records et part ensuite s'installer à Los Angeles, Californie. Il renforce alors sa popularité avec des singles comme « Cracklin' Rosie », « Holly holy » ou encore « Sweet Caroline » et « Song sung blue » qui se classe à la première place du Hot 100.

Grâce au single « I am...I said » sorti en 1971, qui se place dans les Top Five U.S. et UK, Neil Diamond acquiert une notoriété et une célébrité mondiales. Entre temps, il enchaîne les albums et en sort au minimum un par an, de 1968 à 1974.

Il en fera de même avec les concerts et se produira sur les plus prestigieuses scènes U.S., dont au Greek Theatre de Los Angeles ainsi qu'au Winter Garden Theater de New York en 1972.

En 1973, il sera appelé à composer la bande originale du film « Jonathan Livingston Seagull », ce qui donnera naissance à l'album solo du même nom.


De 1975 à aujourd’hui

Après deux albums live, dix albums studio ainsi qu'une poignée de compilations, Neil Diamond est désormais une légende vivante de la scène musicale américaine. De 1976 à 1984, il produira de nouveau un album par année, dont la plupart seront certifiés multi-disque de platine.

En 1980, il compose de nouveau la bande originale d'un film, « The jazz singer » dans lequel il jouera également en tant que acteur. Ce projet donnera naissance à un autre album solo à succès d'où sont tirés les hits « America », « Love on the rocks » et « Hello again ».

En 1990, Neil Diamond compte à son actif 20 albums studios, près d'une quinzaine d'albums live et compilations, un nombre incalculable de tournées et de concerts de grande envergure ainsi qu'une myriade de tubes classés dans les sommets des charts.

En somme, tout au long de ces presque 30 ans de carrière, il s'est imposé comme étant l'une des icônes majeures de toute sa génération. Après un parcours digne d'un véritable géant, Neil Diamond a encore une longue et brillante carrière devant lui.

De 1990 à aujourd'hui, il sortira neufs nouveaux albums studios, dont deux albums de Noël. Aujourd'hui encore, il continue de produire et d'assurer des tournées, ne perdant en rien de son talent et de son succès d'antan.

Parmi ses plus belles lettres de noblesse, on cite un Golden Globe et un Grammy Award remportés pour la bande originale du film « Jonathan Livingston Seagull », sans compter une nomination aux Oscars.

En janvier 1987, il chante l'hymne national à la finale du Super Bowl. Sa Chanson « America » sera utilisée en 1988 par Michael Dukakis pour sa campagne présidentielle et en 2002 pour la promotion des jeux olympiques d'hiver de Salt Lake City.

Nombreux de ses tubes seront repris par des grands noms comme Urge Overkill, Johnny Cash, UB 40, Frank Sinatra, U2, Serge Lama ou encore Joe Dassin .

En 2007, Neil Diamond est inscrit au Long Island Music Hall of Fame. En février 2009, il est couronné MusiCares Person de l'année.