Serge Reggiani

Sergio Reggiani Né(e) le 2 mai 1922 (94 ans)

Sa biographie

Venu avec sa famille d'Italie pour fuir le fascisme, Serge Reggiani gardera toujours l'amour de la liberté et n'hésitera jamais à se battre pour défendre les droits de l'homme.
Le petit Serge ne se destine pas au chant, il aime par dessus tout la boxe qu'il pratique assidûment. Un peu par h Asa rd, il entre au Conservatoire et épouse le métier de comédien.

Repéré par Cocteau, le comédien glane ses premiers lauriers sur les planches avant de rapidement se tourner vers le cinéma.
Son talent et les bonnes rencontres qu'il fait lui permettent aujourd'hui de figurer au panthéon du 7ème art avec des rôles dans des chef d'œuvres comme "Les portes de la nuit", "Le Doulos" et surtout "Casque d'or".

Même s'il aime chanter, Serge Reggiani n'aborde cette discipline qu'à l'âge de 44 ans, en 1966 et grâce à Jacques Canetti, célèbre producteur rencontré chez Yves Montand .
Son premier album, signé Boris Vian , se trouve rapidement couronné par l'Académie Charles Cros et remporte un triomphe.
Aussi à l'aise au théâtre que maladroit devant un micro, Barbara , conquise par le chanteur, initiera véritablement ce "néophyte" aux délices de la scène.
En première partie de la chanteuse, Serge Reggiani gagne en confiance et pourra ensuite remplir seul des salles qu'il fera vibrer avec sa voix grave, sans cesse au bord du gouffre.
Le public vient applaudir l'artiste qu'il chante, qu'il joue au théâtre (c'est l'époque de Sartre et des "séquestrés d'Altona"), ou au cinéma. Second album en 1967, de nouveau le succès est au rendez-vous. Il crée à cette occasion son grand classique "Les loups sont entrés dans Paris".
Des titres comme "Le petit garçon", "Maxim's" (écrit par Gainsbourg) sont également sur toutes les lèvres.


Un acteur devenu chanteur sur le tard


En 68 "Et puis" est le troisième album de l'artiste ("Madame Nostalgie"). En plus des textes de jeunes auteurs, Reggiani intègre toujours une chanson de son porte bonheur : Vian. On pense bien évidemment à des incontournables comme "Le déserteur". Nouveau prix de l'académie du disque pour ce nouvel opus. Serge Reggiani mène de front plusieurs carrières et sortira quasiment un album par an ! Il fait figure d'incontournable de la chanson française et se voit souvent récompensé (il reçoit par exemple le prestigieux pris Edison). Son fils Stephan partage avec lui son goût pour la chanson.
Auteur, compositeur et interprète, il partage l'affiche avec son père à Bobino en 1975. Les avis sont mitigés. Serge Reggiani s'entête, mais son fils ne parviendra jamais à sortir de l'ombre écr Asa nte du père et mettra fin à ses jours en 1980. Tout s'effondre pour Serge Reggiani qui met une parenthèse dans sa vie et se laisse gagner par l'alcoolisme, malgré ses succès de l'époque comme "Venise n'est pas en Italie".


Une oeuvre testament

Toutefois le public lui témoigne, à chacune de ses apparitions, sa sympathie et, mû par un tempérament d'artiste hors pAIR, il refait surface triomphalement dans les années 90 où une nouvelle génération le découvre. "Reggiani 89", "Reggiani 91" ou "Reggiani 95" sont des albums très personnels où le chanteur explore des thèmes qui le Passionnent et qui témoignent de sa résurrection. Peintre, sculpteur, écrivain, il continue à défendre une certaine idée de l'art.

En 99, sort son album "Les adieux différés", emprunt de nostalgie. Contraint d'annuler une série de concerts parisiens la même année après une hospitalisation, Serge Reggiani offre en 2000 un ultime album "Enfants, soyez meilleur que nous". Un disque testament écrit par Michel Legrand et Jean Michel Dréjac pour les textes.


Les hommages pour perpétuer la mémoire de Serge Reggiani


Deux ans plus tard, Bernard Lavilliers, Renaud, Jane Birkin ou encore Patrick Bruel lui rendent hommage à travers un disque, "Autour de Serge Reggiani ".

En 2003, une victoire d'honneur vient récompenser l'ensemble de sa carrière lors des 18éme Victoires de la Musique. Suit une tournée qui débute dans la salle parisienne du Palais des Congrès. Acclamé, il se produit également en Belgique, au CAnada et en Suisse.
Artiste engagé et figure de proue de Saint Germain des années 50-60, il décède le 22 juillet 2004 d'un arrêt cardiaque.

Deux ans plus tard, une compilation réunit quelques uns de ses plus grands titres interprétés sur scène. On y retrouve également deux duos avec son fils, Stéphane : "La java des bombes atomiques" et "Le déjeuner de soleil".

Les dernières actus de Serge Reggiani