"The No Comprendo", l’album mythique des Rita Mitsouko

Deuxième album des Rita Mitsouko, "The No Comprendo" est aussi l'un des plus emblématiques. Retour sur cet opus mythique sorti en 1986, qui a ouvert de nombreuses portes au duo.

"The No Comprendo", l’album mythique des Rita Mitsouko © © Eric CATARINA / Getty Images

Le plus gros succès public et critique des Rita Mitsouko

Après un premier album éponyme qui rassemblait en 1984 des morceaux composés par le groupe tout au long de ses premières années (dont le célèbre "Marcia Baïla"), les Rita Mitsouko se mettent à écrire de nouvelles chansons inédites. Composé entièrement à quatre mains, "The No Comprendo" sort en septembre 1986, et reçoit un accueil encore meilleur que le premier opus. Il se classe neuvième au top des ventes d'albums en France, notamment grâce aux nombreux singles à succès qui le composent : "Les histoires d'A", "Andy" et "C'est comme ça". Symbole d’un nouveau rock français décomplexé, "The No Comprendo" est salué par la critique pour son originalité. Il reçoit notamment en 1987 la Victoire de la musique du meilleur album de l’année, devant l'excellent "Gang" de Johnny Hallyday. Mélange de punk, de rockabilly et de jazz, la musique de cet album bénéficie des riffs de guitare du virtuose Fred Chichin et des arrangements de Tony Visconti, producteur historique de David Bowie.

Première tournée aux États-Unis

Produit par un musicien américain, "The No Comprendo" comprend deux chansons totalement en anglais ("Stupid Anyway" et "Bad Days"), deux autres en franco-anglais ("Someone to Love" et "Tonite"), et une version anglaise d’"Andy". Partant donc à la conquête du marché anglophone, Les Rita Mitsouko font une tournée aux États-Unis, se produisant surtout dans des clubs (notamment dans le réputé Tunnel de New York). Si Les Rita Mitsouko ne conquièrent pas l’Amérique dans son ensemble, le côté lunaire du groupe trouve un certain public de l’autre côté de l’Atlantique, parmi lequel les Sparks qui travailleront avec le groupe français dans le futur. Très inspiré par les États-Unis où les clips vidéo prennent rapidement une place importante, le duo s’entoure de spécialistes. Ainsi, Philippe Gautier (qui avait déjà signé le clip de "Marcia Baïla") réalise celui d’"Andy", et Jean-Baptiste Mondino est récompensé en 1987 par la Victoire de la musique du meilleur clip pour "C'est comme ça".

Un album qui fait rentrer Les Rita Mitsouko dans le monde du cinéma

Réputés pour leurs clips à la fois visuels et originaux, Les Rita Mitsouko font aussi leur entrée à cette époque dans le monde du septième art. Pour son long métrage "Soigne ta droite" sorti en 1987, Jean-Luc Godard filme l'alchimie totale existant entre Catherine Ringer et Fred Chichin pendant l'enregistrement de l’album "The No Comprendo", à leur domicile parisien faisant aussi office de studio. Parmi les chansons de l’opus, "Nuit d’ivresse" est écrite pour le cinéma, devenant le générique du film culte du même nom avec Josiane Balasko et Thierry Lhermitte. De grands réalisateurs français continueront d’ailleurs de s'inspirer de "The No Comprendo", considéré comme le 7e meilleur album de rock français par le magazine "Rolling Stone", pour composer les bandes originales de leurs films. C’est le cas notamment d’Agnès Varda dans "Kung-fu Master" et d’André Téchiné dans "Ma saison préférée" et "Les Voleurs".

Les Rita Mitsouko - Les dernières actus