Mylène Farmer : retour sur ses clips les plus chocs

Mylène Farmer est une artiste aux multiples talents. Ses clips ont toujours été très attendus du public et de la critique en raison de leur univers singulier. Retour sur les plus chocs d'entre eux.

Mylène Farmer : retour sur ses clips les plus chocs © © Tony Barson / Getty Images

Mylène Farmer : son univers musical et visuel

Mylène Farmer débute dans la chanson aux côtés de Laurent Boutonnat, auteur-compositeur. Ce dernier l’a repérée lors d’une audition menée pour trouver l’interprète de son titre "Maman a tort". Depuis, ils ne se quittent plus et ont créé ensemble un univers musical et visuel à l’image et à la hauteur de la discrète chanteuse française. À la fois sombres et mystérieuses, leurs créations explorent des thèmes aussi variés que la mélancolie, l’identité, la sensualité, la tolérance... Le résultat est toujours singulier et les clips de la chanteuse française font toujours sensation. Il faut dire que certains d’entre eux font partie des plus coûteux de l’histoire du clip français. Et, pour cause, ce sont quasiment des réalisations cinématographiques. Il a d’ailleurs parfois été question de les projeter dans des salles de cinéma, mais cela n’a jamais été fait.

Mylène Farmer : "Libertine"

Mylène Farmer a commencé sa carrière de chanteuse dans les années 80, période où de nombreux tabous n’étaient pas encore brisés. Pourtant, la chanteuse française n’a jamais hésité à aborder tous les thèmes dans ses compositions, même les plus sujets à polémique : sexe, religion, érotisme, mort. "Libertine" est un des premiers clips de la chanteuse qui a autant créé l’événement que suscité de vives réactions, notamment parce que la chanteuse y apparaît en tenue d’Ève. C’est aussi dans ce clip que Mylène Farmer arbore pour la première fois une chevelure rousse, qu’elle gardera par la suite et qui fera partie intégrante de son identité publique. Le travail de la chanteuse et de son producteur Laurent Boutonnat est récompensé, puisque "Libertine" reçoit le prix du "Meilleur clip de l’année" aux Victoires de la Musique en 1986. Mylène Farmer y joue le personnage androgyne de Libertine. Au début du clip, on assiste au duel entre Libertine et son adversaire. Elle en sort vainqueur et une des spectatrices de ce triste spectacle est enragée par l’issue du combat mortel. Libertine rejoint par la suite des nantis dans un château où chacun s’adonne aux plaisirs de la chair. La soirée est interrompue par la confrontation entre Libertine et celle qui est devenue sa rivale. Le personnage principal s’enfuit avec son amant, pourchassé par la rivale et ses acolytes. Malheureusement, leurs balles atteignent les deux fugitifs qui tombent à terre. Le clip s’achève sur cette scène ensanglantée et possiblement fatale pour le couple.

Mylène Farmer : "Pourvu qu'elles soient douces"

"Pourvu qu'elles soient douces" fait partie de l’album "Ainsi soit je...", sorti en 1988, qui est resté gravé dans les mémoires. C’est aussi un des plus gros succès de la chanteuse. Le clip de la chanson "Pourvu qu'elles soient douces", d’une durée de 18 minutes (dans sa version la plus longue), a heurté certaines sensibilités à l’époque de sa sortie, en raison de son caractère provocant et sexuel. Le réalisateur n’est nul autre que Laurent Boutonnat. Ce dernier n’a pas lésiné sur les moyens pour réaliser ce qu’on peut finalement qualifier de court métrage. Il a fallu 7 jours de tournage dans la forêt de Rambouillet pour filmer ce chef-d’œuvre, suite et épilogue de "Libertine". La scène se passe au XVIIIe siècle, pendant la guerre de Sept Ans. Mylène Farmer retrouve son personnage Libertine, un personnage androgyne laissé pour mort dans la forêt. Découverte à moitié morte par deux soldats, elle est soignée dans un camp britannique. Libertine s'oppose alors au capitaine qui a des vues sur elle et affronte sa rivale qui a tendu un piège aux soldats anglais. Le clip mélange différentes thématiques comme la perversion, la domination, le désir, le sexe, la violence, la guerre et la mort.

Mylène Farmer : "Sans contrefaçon"

"Sans contrefaçon" est un titre issu, lui aussi, de l’album "Ainsi soit je...". À travers les paroles de cette chanson, Mylène Farmer s’attaque à un autre tabou de l’époque, l’orientation sexuelle. Le clip est tourné autour de Cherbourg, aux bords d’une plage. Il raconte l’histoire d’un ventriloque et de sa marionnette qui n’est pas sans rappeler l'histoire de Pinocchio. L’univers est à la fois sombre et triste. L’artiste marionnettiste vient de perdre son emploi dans un cabaret et marche sans but dans un paysage sans vie. Il rencontre alors une vieille femme qui semble faire partie d’un cirque ambulant. Par magie, elle donne au pantin une apparence humaine, sous la forme d’un personnage androgyne aux cheveux roux, joué par Mylène Farmer. Surpris par son apparence, le ventriloque tombe immédiatement sous son charme. Mais, le sort est éphémère et, quand la magicienne disparaît, le pantin reprend sa forme initiale, au grand désespoir de son maître.

Mylène Farmer - Les dernières actus